CA du 5 Novembre 2011

Publié le Mis à jour le

Tous les administrateurs légalement convoqués sont présents.

Secrétaire de séance : Claude Chapalain

1 – le CR du CA précédent (01/10/11) est approuvé à l’unanimité

2 – Campagne de dons : décision de sa relance, avec la garantie la plus ferme que les dons seront comme toujours uniquement consacrés à l’achat de terrains & à l’entretien des réserves déjà acquises par la SOBA

Discussion et éclaircissements sur l’origine et la nature des sommes placées par la SOBA qui nous permettent de gérer au mieux nos réserves et qui nous ont permis, entre autres, d’avoir un contrat Natura 2000 aux Chamons

Compte tenu que :

a       À l’origine, la campagne a été lancée par la FFSPN/FNE puis reprise par la SOBA en son nom propre en 1983

b      Il est fait constat qu’aujourd’hui le nombre de donateurs extérieurs à l’association a baissé (part des non adhérents). Les donateurs les plus importants sont des adhérents qui restituent à l’association le montant des sommes qu’ils ont touchées au titre de leurs indemnités kilométriques.

c       La notion de « compte réserve » est « virtuelle » puisqu’au final, il n’y a qu’un seul compte SOBA ou se mêlent les résultats des collectes et des sommes d’origines diverses (études, subventions, etc.). Une ligne comptable permet de faire la distinction. L’argent placé depuis des années à partir de ce compte SOBA a lui-même fait « des petits » et qu’au bout du compte il n’est plus possible de connaître quelles sommes correspondent exactement au  « compte réserve »

d      Il est clairement réaffirmé par l’ensemble des administrateurs qu’une des vocations prioritaire de la SOBA est de se consacrer à l’achat et à l’entretien de milieux naturels

Il est décidé à l’unanimité de relancer une campagne de dons dans les jours qui viennent, en priorité centrée sur les travaux de gestion de la roselière de Bulcy.

De nouveau moyens seront mis en œuvre pour toucher un panel de donateurs plus large : relance sur le site SOBA « petit gravelot » – envoi d’un flyer par Internet –solliciter le public des matinées d’initiation et les adhérents en insistant sur le gros investissement que la SOBA doit prévoir pour sauver Bulcy de l’assèchement

3 – Sauvetage de la Réserve de Bulcy : suite aux contacts pris par Yves il est décidé de lancer l’opération (accord de principe pris à l’unanimité). Les 2 entreprises vont être recontactées & mises en concurrence sur la base des mêmes prestations (fauchage & mise en compostage sur le bord du ruisseau des roseaux) Ces travaux sont estimés à une somme approximative de 25000 euros. Cette première opération permettra de mieux juger de ce qu’il convient de faire pour rétablir les alimentations en eau, après avis de l’ONEMA consulté ultérieurement. Il faut voir quel est le « mieux disant », trancher rapidement et prendre date pour les travaux (idéalement automne 2012). Christophe s’en charge.

4 – Visionature, code de déontologie, COPIL.

·       Il est rappelé que le CA précédent a voté à l’unanimité qu’il tenait à garder la main sur Visio en général et le Copil en particulier parce que : c’est SOBA Nature Nièvre qui finance l’outil, c’est le CA (et en particulier le président & le bureau) qui sont légalement & moralement responsables. Le Copil a un rôle important de « gendarme » qui touche prioritairement la confidentialité et l’utilisation des données ainsi que la désignation des membres des commissions et pour finir l’utilisation des données.

·       Comités de vérification et de gestion des données : on aura besoin de compétences quand visio aura atteint sa vitesse de croisière … Ce sont ces comités qui gèrent réellement les données au quotidien.

·       Droits d’administration : attribués à A. Chapalain & C. Chapalain par les concepteurs du logiciel puisqu’ils ont assisté aux Copils nationaux et attribué ultérieurement à Ch. Barge en tant que président. Ceci est susceptible d’évoluer mais le nombre de ces « super administrateurs » doit rester limité (comme nous le précise les fondateurs du site) pour de simples raisons opérationnelles et de confidentialité. Ils possèdent tous les droits possibles & en particulier celui d’ouvrir des droits à d’autres.

Le COPIL est exclusivement composé des membres du CA pour les raisons évoquées plus avant. Les droits ouverts à chacun des membres du COPIL, comme aux différents membres actuels ou futurs des comités sont et seront tous différents, et en rapport avec leur souhait d’implication dans la gestion de l’outil. Il est proposé que seuls les membres du Bureau pourront, s’ils le souhaitent et après avis favorable du CA, avoir les droits d’administration du site.

Quelques démonstrations avec visio pour montrer à la fois la souplesse, la complexité, les rigidités de la machine …

On évoque la mise en ligne (qui est proche) mais aucune décision définitive n’est prise.  C. Chapalain suggère la date du 15/12 qui correspond à l’ouverture de la campagne de prospection pour l’Atlas des hivernants.

Il est convenu d’organiser une cérémonie officielle de lancement  à placer en début d’année, avec la mise à contribution de la mairie de Marzy ? Au titre de la communication à faire au moment de la mise en ligne contact a été pris par Annie avec l’entreprise Diazo pour l’impression de la carte postale « Ayez le déclic … » réalisée par Christophe. Compte tenu des tarifs dégressifs, 1000 cartes seront commandées aux éditions Diazo.

5 – Relations avec l’EPOB : projet d’Atlas régional. L’EPOB a souhaité organiser la prochaine réunion à MARZY le 26/11 pour faire avancer le projet d’Atlas bourguignon. Pour l’atlas national, La SOBA a fait le choix de visionature, outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes peuvent partager en temps réel  leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune.

Il est décidé ce qui suit:

a) Contact sera rapidement pris auprès du président de la LPO Côte d’Or pour savoir sa position sur ce problème, sachant qu’une convention sur la gestion des données est en cours d’élaboration entre les associations EPOB & qu’il prévoit la communication des données à la BBF.

b) Un accord de principe est pris pour participer à cet atlas à condition que soient respectées des conditions très strictes sur la propriété des données brutes (non communication à la BBF). Evocation de la possibilité de transmettre des données (brutes ou synthétisées) à un rédacteur bourguignon non SOBA. Solution simple consistant à transmettre par le biais de Biolovision les résultats « à la maille » obtenus par l’enquête de l’Atlas national.

c) Autres considérations à propos de l’Atlas bourguignon & d’autres travaux projetés ou engagés avec l’EPOB  à  soumettre aux participants de la réunion du 26/11 :

– Christophe propose que cet atlas soit l’occasion de réactualiser le « vieil » Atlas SOBA. Voir si la SOBA pourrait envisagé de participer sous la forme d’une synthèse départementale. Ceci  semble néanmoins difficile à concilier avec les objectifs annoncés de l’EPOB. En effet, au vu des travaux de synthèse que nous devons effectuer régulièrement sur nos propres données, nous savons combien il est difficile de synthétiser des données d’autrui. Rédiger des monographies à l’échelle régionale est compliqué à mettre en œuvre (certains se souviennent des difficultés rencontrées pour la rédaction de l’Atlas des Rapaces Bourguignons). Il serait peut être plus judicieux de partir de synthèse départementale pour arriver à une synthèse régionale.

– Plusieurs adhérents et administrateurs s’opposent à ce que l’Atlas soit publié par les soins de l’EPOB (NB : sous la forme d’un numéro spécial de Bourgogne Nature).

– C. Chapalain pose la question du devenir des données éventuellement communiquées à des rédacteurs au cas où le projet d’Atlas (non financé pour l’instant) viendrait à capoter (pour des raisons financières, par exemple). Une convention très stricte s’impose.

– Lecture du mail de Anne-Laure, salariée de l’EPOB  demandant à la SOBA d’envoyer un devis avant le 9/11/11 pour indemnisation kilométrique pour des réunions à Dijon  la (LRR, PGTR, éolien).  A l’unanimité, il est décidé de renoncer à ses indemnités. La Soba souhaite continuer à travailler avec l’EPOB comme elle l’a fait jusque-là, dans le cadre de conventions prises au coup par coup sur des études précises et en ne communiquant au mieux que des données synthétisées.  Cependant il convient de savoir que, en vertu de la convention d’Aarhus, il est obligatoire de rendre public  les données brutes payées avec de l’argent public. Ceci vaut même pour les indemnités kilométriques versées à des bénévoles.

Le CA se termine à 14h .

Publicités