Publié le

Pour la cinquième année consécutive, la LPO invite le grand public à participer à la grande enquête participative « Devine qui vient nicher chez moi ? »

Du 15 avril jusqu’au 30 septembre, cette opération de grande ampleur offre une excellente occasion d’évaluer l’état de santé d’une partie de l’avifaune nicheuse sur notre territoire et de sensibiliser petits et grands à la protection de la nature de proximité.

Dans un premier temps, tout propriétaire de terrain est invité à poser des nichoirs pour favoriser la reproduction des espèces d’oiseaux cavernicoles en déclin partout en France (Chevêche d’Athéna, Petit-duc scops, Huppe fasciée, Rougequeue à front blanc…).

Petits et grands pourront ainsi collecter des informations à valeur scientifique durant la saison de nidification de ces espèces, du 15 avril au 30 septembre, en France métropolitaine et en Corse (localisation de l’observation, espèces, types de nichoirs, et pour ceux équipés de caméra : nombre d’œufs et jeunes estimés à l’envol, date approximative d’envol).

Chacun pourra saisir facilement ses observations sur un module mis en place sur le site internet de la LPO France

Ciblée sur les nichoirs, cette enquête de science participative complète l’Observatoire des oiseaux des jardins, tous deux créés en partenariat avec le MNHN (Muséum national d’histoire naturelle de Paris) en 2012.

Durant la saison 2013, 1018 contributeurs uniques ont participé et renseigné sur la reproduction de 27 espèces. 92 départements sur 96 ont participé à cette enquête nationale. Au total, 1316 nichoirs ont été suivis, 995 nichoirs ont été occupés, soit un taux d’occupation de 75% ! En 2014, 489 réponses relatives à l’occupation (ou non) des nichoirs sont parvenues à la LPO. 361 contributeurs uniques ont participé et 310 ont apporté des informations sur la reproduction de 23 espèces d’oiseaux.

La LPO a ainsi pu recueillir et analyser 1364 réponses relatives à l’occupation (ou non) des nichoirs. Outre les oiseaux les plus fréquemment mentionnés – Mésange charbonnière et Mésange bleue – les espèces les plus remarquables qui ont été signalées sont la Chevêche d’Athéna, la Huppe fasciée, le Torcol fourmilier, l’Effraie des clochers et le Moineau friquet. L’autre espèce qui mérite attention est le Rougequeue noir qui, à la lumière des résultats de cette enquête, semble affectionner tout particulièrement les nids artificiels d’hirondelles rustiques.

Ces données faisaient, jusqu’à présent, gravement défaut à la France. Dorénavant, les informations récoltées offrent la possibilité de participer à l’étude de la dynamique des espèces cavernicoles (variations de productivité, évolution des populations…). Elles permettront également de constituer, à terme, un Observatoire Nationale des Nichoirs qui intègrera l’Observatoire des oiseaux des jardins.

Comment participer ?

Pour participer, il vous suffit de vous connecter, à partir du 15 avril et jusqu’au 30 septembre, sur https://enquetes.lpo.fr/, et de remplir le formulaire d’enquête en ligne.

Les espèces concernées par l’enquête

Il s’agit d’espèces d’oiseaux cavernicoles, c’est-à-dire, inféodés aux cavités naturelles d’arbres ou aux anfractuosités des habitations : Bergeronnette grise, Chevêche d’Athéna, Chouette de Tengmalm, Chouette hulotte, Effraie des clochers, Étourneau sansonnet, Gobemouche gris, Gobemouche noir, Grimpereau des jardins, Hirondelles de fenêtres, Hirondelle rustique, Huppe fasciée, Martinet noir, Mésange bleue, Mésange boréale, Mésange huppée, Mésange noire, Mésange nonnette, Moineau domestique, Moineau soulcie, Moineau friquet, Petit-duc scops, Rougegorge familier, Rougequeue noir, Rougequeue à front blanc, Torcol fourmilier, Troglodyte mignon.

Publicités