Grandir en ville : conséquences sur la taille du corps et la qualité du plumage chez une espèces citadine, le Moineau domestique (Passer domesticus).

Publié le Mis à jour le

Grandir en ville : conséquences sur la taille du corps et la qualité du plumage chez une espèces citadine, le Moineau domestique (Passer domesticus).

Résumé de l’article :

Dans des environnements urbains, les vertébrés sauvages doivent s’adapter à de nouvelles conditions (par exemple : modification de la disponibilité des ressources, augmentation des taux de produits chimiques, pollution sonore et lumineuse). En fait, alors que le rythme de l’urbanisation est en augmentation constante, on sait peu de choses sur l’impact de la vie urbaine chez les organismes sauvages aux différentes étapes de leur cycle. Dans cette étude, nous étudions l’influence de l’urbanisation sur l’état de santé et la qualité de plumes non ornementales d’une espèce commune d’oiseau sauvage, le Moineau domestique (Passer domesticus). Grace au réseau de bagueurs expérimentés, presque 600 moineaux juvéniles (stade précoce après l’envol) et adultes ont été capturés sur 30 sites à divers degrés d’urbanisation. Pour tester précisément comment l’urbanisation affecte les individus au cours des différentes étapes de leur cycle de vie, nous avons étudié plusieurs paramètres en rapport avec l’état énergétique et nutritionnel (1) pendant la période de développement (taille du corps, qualité du plumage juvénile), (2) au moment de la capture (état de santé), (3) pendant la période de mue (qualité du plumage adulte). Grâce à cette méthodologie, nous avons démontré pour la première fois à grande échelle géographique que l’urbanisation est associée à la fois avec une réduction de la taille du corps et de la qualité du plumage chez cette espèce citadine. Point très important, seules la longueur du tarse et la qualité du plumage juvénile, toutes les deux déterminées durant le développement au nid, étaient affectées par le degré d’urbanisation. En revanche, l’état corporel et la qualité du plumage ne différaient pas chez les adultes le long du gradient d’urbanisation. Nos résultats suggèrent donc que le Moineau domestique pourrait souffrir d’un déficit nutritionnel pendant le développement et que cette contrainte disparaît une fois que les poussins ont terminé leur croissance.

Lire l’article complet (en anglais):

Growing in a city: Consequences on body size and plumage quality in an urban dweller, the house sparrow (Passer domesticus)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s