Linky, le meilleur des mondes ? (radio)

Publié le

Linky, le meilleur des mondes ?

Le compteur communicant Linky est en cours d’installation dans les foyers français. Enedis, filiale à 100% de EDF, chargé de son installation, nous promet monts et merveilles : un compteur qui, grâce au suivi des consommations en direct, va nous aider à mieux gérer notre consommation et donc à faire des économies, une facturation sur une consommation réelle et non plus estimée, plus de relève, des pannes détectées à distance. Ses détracteurs lui reprochent d’être intrusif et d’inonder notre quotidien d’ondes nocives.

L’équipe de Planète Nièvre a mené l’enquête en interviewant notamment Sylvie Cantrel-Anne, directrice d’Enedis Nièvre et Christophe Bolard de l’association Priartem spécialisée sur les risques liés aux technologies Electromagnétiques.

Il est certain que, avec l’arrivée des énergies renouvelable, la gestion du réseau électrique est plus pointue mais d’après les industriels du secteurs réunis en 2016 à Vilnius, d’autres solutions plus flexibles et moins coûteuses qui bénéficient des progrès les plus récents des technologies de l’information et de la communication pourraient être avantageusement exploitées. En effet, la technologie du Linky est déjà vieille à l’échelle du temps informatique.

Ce compteur étudié, semble-t-il, pour permettre une maison domotique, c’est à dire connectée, pose problème au vue des ondes qu’ils génèrent. Celles-ci ont été classées par l’OMS comme potentiellement cancérogènes. Et on peut réellement se poser des questions sur le devenir et l’utilisation des milliers de données concernant notre vie privée qui sont ainsi collectées.

Des citoyens refusent ces installations et des communes, plus de 430 en France, ont pris des arrêtés anti Linky dont Crux-la-ville dans la Nièvre. Légalement, aucune sanction ne peut être prise contre ces personnes, de plus en plus nombreuses, même si elles restent très minoritaires, qui disent non.

Au terme de notre enquête, il nous semble que le compteur Linky ne tient pas ses promesses. Quid des économies d’énergie puisque tel est le but avancé de ces compteurs ? La technologie même, basée sur les TIC (Technologies d’informations et de communications) en explosion depuis la fin du siècle dernier, est extrêmement énergivore.

On se demande si les 5 milliards d’euros qui pourraient atteindre 7 à 8 milliards investis dans ces compteurs qui semblent déjà obsolètes n’auraient pas été plus utile à construire un autre modèle qui couple les activités humaines avec la croissance des écosystèmes et des liens sociaux, où la richesse naît de la coopération et non plus uniquement de la compétition. L’horizontalité et la gouvernance coopérative sont à la base de cette nouvelle économie en émergence dans le monde entier.

Publicités