Rencontre internationale « Cigogne noire »

Publié le

Rencontre internationale « Cigogne noire ».

Parc National de Doñana (Séville, Espagne), 28 – 30 nov. 2018 – Trente participants représentaient 12 pays.

 

Le colloque était organisé en 4 sessions sur les thèmes suivants :

1: état des populations & tendances selon les pays,

2 : menaces & protection,

3 : écologie & comportement,

4 : baguage, pose de balises, suivi par caméra, suivi migratoire …

Pas moins de sept communications et un film de D. Auclair ont été présentées par l’équipe française.

Parmi les faits les plus marquants : la prédation par l’Autour sur les jeunes : elle semble plus importante que celle de la Martre. Celle du Pygargue était déjà connue dans les Pays baltes & la Pologne. Autres révélations, les cas de destructions de nichées par un individu étranger au couple et aussi des cas d’infanticides par l’un ou l’autre des parents, voire les deux. Les pièges photos, beaucoup utilisés dans les pays de l’est, apportent des révélations très étonnantes sur les comportements des oiseaux.

La population de la Cigogne noire en Europe de l’Ouest semble stable.

Nouvelle intéressante : la diminution des balises aussi bien en poids … qu’en prix !!!

Intervention de José Manuel, Lopez Vazquez, responsable du département biodiversité de la Province de Cadix à propos de l’impact des éoliennes sur les oiseaux qui passent Gibraltar. Un suivi quotidien y est réalisé durant toute l’année. Depuis que les éoliennes doivent être arrêtées lors des passages migratoires, la mortalité a baissé de 70%. Malgré tout, durant ces dernières années le nombre de cadavres retrouvé reste de presque 1000 par an. Ce sont les Vautours et les Faucons crécerellettes qui sont le plus impactés par les machines.

une juvénile portugaise avec sa bague jaune & sa balise

une cn adulte en bord de riziére

le « Palacio de Doñana » lieu de la conférence

les conférenciers LPO