En vrac

Appel à mobilisation : répondez à la consultation sur les espèces susceptibles d’occasionner des dégâts

Publié le

Appel à mobilisation : répondez à la consultation sur les espèces susceptibles d’occasionner des dégâts

Ensemble mobilisons-nous avant le 27 juin pour modifier la liste des mammifères et des oiseaux qui pourront être tirés et piégés dans de terribles conditions.

La belette fait partie des espèces menacées de disparition sur le territoire. Elle continue pourtant à être tirée et piégée - Crédit photo : Gilles BentzLa belette fait partie des espèces menacées de disparition sur le territoire. Elle continue pourtant à être tirée et piégée – Crédit photo : Gilles Bentz

Le ministère de l’écologie vient d’ouvrir une consultation relative aux « espèces d’animaux classés susceptibles d’occasionner des dégâts ». Qui sont-ils ? Les plus connus sont le renard, le corbeau, la pie et la belette.

Vous avez jusqu’au 27 juin pour donner votre avis. Nous vous invitons à remettre en question la liste proposée. Voici des arguments pour vous aider à rédiger vos propres commentaires.  Lien vers la consultation.

Un texte rétrograde  

L’arrêté aurait dû être modernisé en tenant compte des évolutions des mentalités et demandes sociétales : souffrance animale et conditions de piégeage, déclin de la biodiversité dans son ensemble, désuétude de la distinction entre animaux utiles et nuisibles… Ce n’est pas le cas, loin de là. Est-il par exemple normal au 21e siècle d’autoriser la destruction des espèces en période de dépendance des jeunes ?

Un classement fondé sur des dégâts non avérés ou obsolètes

Les critères de classement des espèces reposent sur la réglementation en vigueur, selon laquelle une espèce doit avoir commis des dégâts importants et actuels pour motiver le classement.

Il faut aussi prendre en compte la jurisprudence du Conseil d’Etat selon laquelle « les dommages peuvent être considérés comme significatifs si leur montant avoisine 10 000€ par an, pour l’espèce et le département considéré ».

Dans le cas présent, le projet d’arrêté maintien de nombreuses espèces sur les listes alors que les dégâts ne sont pas avérés pour les trois dernières années.

Des déclarations prises pour argent comptant

On est en droit de s’interroger sur la véracité des dégâts ou de l’identification des espèces concernées. Qui fait la différence entre les dégâts causés par une fouine et ceux commis par une martre ? Entre une Corneille noire et un Corbeau freux ? L’Etat se contente d’enregistrer des déclarations sans pouvoir en vérifier le fondement, pas plus que la sincérité des montants déclarés.

Une efficacité des régulations jamais démontrée

Aucun élément ne vient démontrer que les destructions massives des dernières années ont effectivement permis de réduire les dégâts économiques. L’impact négatif de ces destructions de grande ampleur n’est jamais évalué non plus. L’argument selon lequel « les dégâts auraient sans doute été pires » en l’absence de régulation n’est pas étayé. Il ne tient pas compte des dynamiques de population des dites espèces, de leurs comportements territoriaux…

La destruction d’espèces utiles aux écosystèmes

La réglementation ne tient pas non plus compte du rôle positif que ces espèces peuvent avoir (prédation rongeurs…).

Ainsi, tous les départements sauf les 92, 93 et 94 font figurer le renard sur la liste. Près d’un million de renards sont tués chaque année en France (entre 400 000 et 470 000 par tir selon l’étudede l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) de 2013-2014, 200 000 par piégeage et autant sur les routes). Cette destruction massive et indifférenciée, sans rapport avec la présence d’élevages, n’est pas efficiente, comme l’ont montré les dernières études de l’ONCFS. Pire, elle est sans doute contre-productive puisqu’elle prive l’agriculture d’un allié de poids : chaque renard consomme environ 4 000 micromammifères par an, dont nombre de campagnols des champs.  Lorsque les prédateurs naturels ont été détruits, l’agriculture lutte contre les rongeurs en utilisant des produits chimiques tels que la Bromadiolone qui pose de nombreux problèmes sur toute la chaine trophique.

L’impact de la destruction des carnivores, pourtant alliés de l’agriculture par la consommation de nombreux rongeurs, n’est pas évalué, ni en termes économiques, ni en termes de santé (utilisation de raticides, facilitation de la diffusion de certaines maladies comme la maladie de Lyme etc.).

Autre exemple, le Geai des chênes, il est proposé de l’inscrire dans 7 départements, contre 4 précédemment, alors qu’il n’y a aucun dégât avéré, pas de présence significative de l’espèce dans les départements en question. Le geai des chênes est pourtant le premier « forestier » de France par le nombre d’arbres plantés (cet oiseau a l’habitude de cacher les graines et d’en oublier un certain nombre).

La destruction d’espèces menacées sur notre territoire

Deux départements (pour le putois) et un (pour la belette) continueraient à piéger et détruire par tir ces deux mustélidés : leur maintien sur la liste nationale n’a plus de raison d’être. Ces animaux doivent être classés sur la liste des espèces protégées, comme c’est déjà le cas dans d’autres pays d’Europe.

Le Président de la fédération départementale des chasseurs du Pas-de-Calais qui est aussi le Président de la Fédération nationale des chasseurs, a obtenu le classement de la belette et du putois dans son département. Cela en dit long sur les lobbies cynégétiques toujours à l’œuvre en France et la volonté de leurs dirigeants de faire perdurer un système archaïque.

Pourtant, le classement du putois est une hérésie : l’espèce a connu un fort déclin ces dernières années, en raison de la régression de son habitat naturel, les zones humides. Cette situation a conduit l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature et le Muséum National d’Histoire Naturelle à classer l ‘espèce sur la liste rouge des mammifères menacés en France et à demander d’urgence des mesures propres à assurer sa protection. Or, le tir et le piégeage contribuent à le fragiliser : plus de 6 000 putois sont tués chaque année. Stopper ces pratiques est une mesure simple à mettre en œuvre et dont les effets sont immédiats.

Il en est de même pour la belette, espèce discrète dont l’état des populations est mal connu. Sa présence sur la liste nationale des espèces susceptibles de causer des dégâts n’est pas justifiée. La prédation de l’espèce sur les élevages est marginale et les mesures de protection des poulaillers sont simples à mettre en œuvre. Au contraire, la belette est extrêmement utile car elle se nourrit essentiellement de rongeurs, qu’elle contribue à réguler.

Merci pour votre mobilisation.

Publicités

Nature en Ville : Nevers (video)

Publié le Mis à jour le

Nevers s’est engagée depuis plusieurs années dans une démarche de protection et de développement de la biodiversité en milieu urbain. La ville nivernaise a été récompensée de ses efforts l’année dernière en étant reconnue par le label « Capitale française de la biodiversité » pour des actions exemplaires. Reportage : Rémy Chidaine – Tania Gomes Montage : Laurence Crotet-Beudet Avec – Valéry Chambenois : Éco-conseiller de la ville de Nevers – Mahamadou Sangaré : Conseiller municipal délégué aux services de prestation aux citoyens – Annie Champalain : Secrétaire et administratrice de la LPO 58 – Claude Champalain : LPO 58

Comment préserver les sternes, oiseaux nichant sur les bords de Loire ? Un arrêté fixe la conduite à tenir

Publié le

Comment préserver les sternes, oiseaux nichant sur les bords de Loire ? Un arrêté fixe la conduite à tenir

Depuis un mois environ, les sternes sont revenues nicher le long de la Loire et l’Allier. Préfètes du Cher et de la Nièvre viennent de signer un arrêté pour les protéger. Voici les principales interdictions et recommandations fixées par cette réglementation.

 

Lire la suite :  https://www.lejdc.fr/nevers-58000/actualites/comment-preserver-les-sternes-oiseaux-nichant-sur-les-bords-de-loire-un-arrete-fixe-la-conduite-a-tenir_13571712/

Le Refuge LPO du château de Meauce (58) fête la nature et ouvre ses portes

Publié le Mis à jour le

Le Refuge LPO du château de Meauce (58) fête la nature et ouvre ses portes

 

Placée sous le thème de « la nature en mouvement », l’édition 2019 de la Fête de la Nature transportera petits et grands à la découverte des richesses naturelles qui les entourent. Et pour l’occasion, la LPO fait ouvrir ses Refuges au public.

Evènement « nature » de référence, la Fête de la Nature réunit chaque année plus de 800 000 personnes au travers de 5 000 manifestations gratuites organisées partout en France. Du 22 au 26 mai prochains, des milliers d’animations gratuites et ouvertes à tous sont proposées par des associations, des collectivités locales, des établissements scolaires, des particuliers… Sur tout le territoire français, en métropole comme en Outre-mer, à la ville comme à la campagne, il y a forcément un évènement à proximité de chez soi pour découvrir ou redécouvrir les merveilles de la nature.

Dans la Nièvre, pour fêter cette nature, les propriétaires du château de Meauce et la Ligue pour la Protection des Oiseaux de la Nièvre (LPO 58) proposent de pousser les portes de ce refuge LPO, samedi 25 mai de 14h à 18h et dimanche 26 de 10h à 18h.

A cette occasion vous pourrez découvrir le jardin, les aménagements réalisés pour concilier rénovation et biodiversité, les projets (nichoirs, gîtes, potagers, haie…).

Tous les propriétaires de refuges LPO sont invités à venir échanger, partager leurs expériences et montrer au public que protéger la nature est l’affaire de tous.

Une rencontre placée sous le signe de la convivialité, (possibilité de pique niquer sur place le dimanche), une occasion de découvrir ce qu’est un refuge LPO par des animations thématiques. Ateliers pour petits et grands.

Adresse : château de Meauce, Saincaize-Meauce (58)

Depuis plus d’un siècle, les Refuges LPO valorisent la nature

Un Refuge est un terrain public ou privé sur lequel le propriétaire s’engage à protéger la nature de proximité. Créé en 1921 par la LPO, le programme Refuges qui en compte désormais 27 000, est le 1e réseau national de jardins écologiques en France. Sur un balcon, en entreprise, à l’école, dans un jardin ou ailleurs, tous les terrains sont prétextes à offrir des conditions propices à l’installation de la biodiversité, sans chasse et sans pesticide. Et quel bonheur de pouvoir admirer les oiseaux qui s’y sentent à leur aise !

Plus d’informations

Fête de la Nature du 22 au 26 mai 2019, partout en France
Animation gratuite et ouverte à tous
Le programme complet sur le site de la
Fête de la Nature
Le site des Refuges LPO

Biodiversité : les sols sont de moins en moins fertiles (vidéo)

Publié le

Biodiversité : les sols sont de moins en moins fertiles

La destruction de la nature menace l’Homme au moins autant que le réchauffement climatique, avertissent les experts mondiaux de la biodiversité réunis à Paris sous l’égide de l’ONU.

Labours intensifs, pesticides, monocultures… L’activité humaine bouleverse la santé de nos sols. Ils sont de moins en moins fertiles, car de moins en moins vivants…

Vidéo et article complet sur ce lien :

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/biodiversite/biodiversite-les-sols-sont-de-moins-en-moins-fertiles_3421115.html

Au Sénat, l’Office français de la biodiversité devient aussi celui de la chasse

Publié le

Au Sénat, l’Office français de la biodiversité devient aussi celui de la chasse

Le projet de loi créant l’Office français de la biodiversité a été profondément remanié sous l’influence du monde cynégétique, qui a obtenu l’ajout de la chasse à son intitulé.

Les chasseurs, on le sait, ont l’oreille des sénateurs, qui se veulent les défenseurs de la ruralité. Une nouvelle preuve a été donnée, mercredi 10 et jeudi 11 avril, lors de l’examen du projet de loi visant à créer, au 1er janvier 2020, l’Office français de la biodiversité (OFB) : un établissement public unique de gestion et de protection de la nature, fusionnant les missions actuelles de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et de l’Agence française pour la biodiversité.

La suite : https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/04/12/au-senat-l-office-francais-de-la-biodiversite-devient-aussi-celui-de-la-chasse_5449189_3244.html

40% des espèces d’oiseaux sont menacées en Franche-Comté selon la LPO (France 3)

Publié le

40% des espèces d’oiseaux sont menacées en Franche-Comté selon la LPO

La ligue de protection des oiseaux a porté plainte contre l’Etat Français. Elle l’accuse de ne pas respecter la directive oiseaux qui protège une centaine d’espèces d’oiseaux migrateurs. Dans la région, la LPO s’inquiète de la diminution du nombre d’espèces.

Certains de nos oiseaux vont-ils disparaître ? En Franche-Comté par exemple, le nombre de milans royaux a diminué de moitié en 20 ans en Franche-Comté selon René-Jean Monneret, président de Jura Faune.

La plupart de ces rapaces se nourrissent d’insectes ou de petits rongeurs. Ils peinent à trouver de la nourriture. Ils sont régulièrement empoisonnés par des produits chimiques utilisés par les agriculteurs.

« Il y a un très gros problème global de contamination de l’environnement, de la nature, avec diminution des insectes dans des proportions énormes. Les grillons dans le Jura il n’y en a pratiquement plus » dénonce René-Jean Monneret.

 

Lire la suite : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/40-especes-oiseaux-sont-menaces-franche-comte-lpo-1652386.html

Sauvegardons le massif d’Uchon (pétition)

Publié le

Sauvegardons le massif d’Uchon dans le Morvan

Il existe une sérieuse menace de coupe à blanc d’une forêt remarquable (la forêt de la Ravière) située sur le massif d’Uchon dans le Morvan.

Cette coupe concernerait 10% du territoire de la commune d’Uchon et porterait gravement atteinte à ce site d’exception.

Notre pétition vise à alerter le conseil départemental de Saône et Loire et le conseil départemental de Bourgogne Franche-Comté et à les inciter à exercer leur droit de préemption afin de sauver ce site.

Pétition sur ce lien :

  https://www.change.org/p/andr%C3%A9-accary-pr%C3%A9sident-du-conseil-d%C3%A9partemental-de-sa%C3%B4ne-et-loire-sauvegardons-le-massif-d-uchon-f0dd7de6-64b9-47a2-84b4-207b222d9d25

Manifeste : « Zéro pesticide sur toutes les zones non-agricoles ! »

Publié le Mis à jour le

Signez notre pétition.

Manifeste "Zéro pesticide sur toutes les zones non-agricoles !"

L’usage des pesticides de synthèse nuit fortement à la biodiversité et à la santé humaine. Pour cette raison, la « loi Labbé » a interdit leur utilisation aux collectivités depuis 2017, et aux particuliers depuis le 1er janvier 2019. Pourtant, 69 herbicides et insecticides de synthèse sont encore autorisés en France sur environ 20 millions d’hectares de zones non-agricoles, dont la plupart accueillent du public (forêts, terrains de sport, parcs et jardin, etc.) Pour la biodiversité et la santé humaine, nous demandons l’arrêt de l’usage des pesticides de synthèse sur toutes les zones non-agricoles.

Les pesticides de synthèse : un danger pour la biodiversité et l’humanité

Prudemment appelés produits « phytosanitaires » de synthèse, ils sont généralement utilisés pour éradiquer des espèces animales, végétales ou fongiques. Toutefois, ils ne sont pas utilisés dans des environnements clos et peuvent donc avoir des effets négatifs sur d’autres organismes non-ciblés.

Aujourd’hui, nous savons que l’usage de pesticides néonicotinoïdes est une des causes principales du déclin dramatique des abeilles. Or, sans elles et sans leur action de pollinisation, ce sont plus d’1/3 de nos ressources alimentaires qui disparaissent. De même, l’usage du glyphosate, désherbant le plus utilisé en France[i], est corrélé à des troubles de la reproduction chez les mammifères et les oiseaux[ii] ainsi qu’à des lésions d’organes vitaux chez les amphibiens[iii] et les poissons[iv].

Les êtres humains subissent des effets similaires. Ainsi, l’expertise collective menée par l’INSERM, montre, chez les riverains de zones d’épandages de pesticides, une plus grande occurrence de leucémies, tumeurs cérébrales, malformations congénitales, troubles neurocomportementaux et du développement[v].

Usage interdit aux collectivités et aux particuliers

Sur la base de ces constats, la « loi Labbé » interdit aux collectivités d’utiliser ou de faire utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries accessibles ou ouverts au public depuis 2017. Les jardiniers amateurs sont également concernés depuis le 1er janvier 2019, date à laquelle la vente en libre-service de ces produits a été interdite.

Toutefois, certains lieux publics tels que les cimetières et terrains de sport bénéficient de dérogations, et les jardiniers amateurs peuvent toujours avoir recours aux pesticides de synthèse à condition de les faire appliquer par un professionnel. En outre, de nombreuses zones non-agricoles ne sont pas concernées par cette loi.

40 pesticides de synthèse sont autorisés dans les forêts françaises

Dans les forêts françaises, ce sont 40 pesticides de synthèse qui sont autorisés, dont 23 à base de glyphosate[vi]. Ces derniers sont pourtant classés comme pouvant entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique, s’accumulant dans l’organisme des poissons, crustacés, algues, et plantes. D’autres, au nom évocateur tel que le « Fusilade Forêt » commercialisé par Syngenta, présentent des risques pour l’enfant pendant la grossesse[vii].

En 2018, 2000 hectares de forêts landaises ont été traités au glyphosate pour permettre aux pins de pousser plus vite, contaminant ainsi les abeilles et le miel de la région, devenu impropre à la consommation[viii]. Même problème dans l’Aisne où des parcelles de forêts classées Natura 2000 ont été traitées avec ce produit par l’Office National des Forêts (ONF) après l’entrée en application de la loi Labbé[ix]. En effet, bien que la loi s’applique aux espaces forestiers publics, de nombreuses parcelles peuvent encore être traitées car elles sont considérées comme des espaces de productions et non comme des « lieux de promenade ». Pourtant, le plus souvent, rien n’indique aux promeneurs qu’il s’agit d’une zone traitée…

35 pesticides de synthèse autorisés sur les sites d’entreprises[x], dont certains accueillent du public

Ces pesticides de synthèse sont utilisés sur les sites tertiaires et de production d’entreprises, c’est-à-dire tant sur les espaces verts des sièges sociaux ou des zones industrielles, que sur les milliers d’hectares des réseaux ferrés et autoroutes par exemple. Certains de ces espaces sont ouverts au public, c’est le cas notamment des terrains de sport, parcs d’attraction, parcs et jardins de monuments historiques et des golfs sur lesquels l’usage de fongicides SDHI alarme les scientifiques[xi].

Sur ces zones, 16 des 35 pesticides de synthèse autorisés sont des produits à base de glyphosate, et deux autres herbicides sont classés « cancérogènes probables »[xii]. La SNCF, premier consommateur de glyphosate en France pour les usages non-agricoles, en utilise 36 à 45 tonnes par an[xiii].

Notre demande : l’interdiction des phytos sur toutes les zones non-agricoles

Glyphosate, néonicotinoïdes… Le niveau de toxicité de produits utilisés massivement depuis des dizaines d’années est régulièrement mis à jour. Qu’allons-nous découvrir demain ?

Les collectivités et les jardiniers amateurs le prouvent tous les jours : ils sont capables de se passer des pesticides de synthèse. Ils adoptent pour cela de bonnes pratiques de jardinage qui permettent de conserver les équilibres naturels, accueillent les insectes « utiles » qui se chargent des indésirables, et ont recours au désherbage manuel, électrique ou thermique par exemple. Tandis que le gouvernement français avait pour objectif initial de réduire de 50% le recours aux pesticides entre 2008 et 2018[xiv] mais que leur consommation a au contraire augmentée de plus de 10% depuis 2009[xv], légiférer pour une sortie définitive de l’usage des pesticides de synthèse sur toutes les zones non-agricoles apparaît comme une première étape nécessaire vers l’unique cap acceptable pour la conservation de la biodiversité et de la santé humaine en France : le 0 pesticide total[xvi].

Pour la biodiversité et la santé humaine, nous, associations à but non lucratif et reconnues d’intérêt général, demandons l’interdiction des pesticides de synthèse sur toutes les zones non-agricoles dès 2020 !

Dites aux décideurs politiques et économiques que vous souhaitez l’interdiction des pesticides sur toutes les zones non-agricoles 

Signez la pétition


[i] « Produits phytosanitaires dans l’agriculture : l’urgence d’une approche dépassionnée et rationnelle – Le cas du glyphosate. » Fondation Concorde, Juillet 2017.

[ii] « The High Cost of Pesticides: Human and Animal Diseases. » Hoy et al. 2015.

[iii] « Risks of Glyphosate Use to Federally Threatened California Red-legged Frog.Toxicity of glyphosate herbicide on Nile tilapia (Oreochromis niloticus) juvenile. » Carey et al. Octobre 2008.

[iv] « Produits phytosanitaires dans l’agriculture : l’urgence d’une approche dépassionnée et rationnelle – Le cas du glyphosate. » Ayoola S.O, 2008.

[v] « Pesticides : les effets sur la santé. » Inserm, expertise collective, 2013.

[vi] https://bit.ly/2Sf52wv (ephy.anses.fr)

[vii] https://ephy.anses.fr/ppp/fusilade-foret

[viii] « Du glyphosate dans la forêt des Landes de Gascogne », France Bleu, Août 2018.

[ix] « L’ONF utilise-t-il illégalement du glyphosate en forêt domaniale de Saint-Gobain dans l’Aisne ? », France Info, Novembre 2018.

[x] https://bit.ly/2G83Nsw (ephy.anses.fr)

[xi] « Une révolution urgente semble nécessaire dans l’usage des antifongiques », Collectif de chercheurs et de médecins, Avril 2018.

[xii] “Elegia Gold” et “Kerb Forestier Liquide”. Source : ephy.anses.fr.

[xiii] « Produits phytosanitaires dans l’agriculture : l’urgence d’une approche dépassionnée et rationnelle – Le cas du glyphosate. » Fondation Concorde, Juillet 2017.

[xiv] Plans Ecophyto 1 en 2009 : objectif de 50% de réduction du recours aux pesticides entre 2008 et 2018. Plus d’informations

[xv] Ecophyto, note de suivi 2017 (juillet 2018).

Pour info : augmentation constante entre 2009 et 2014 (source : plan Ecophyto2), +12% entre 2014 et 2016 (https://agriculture.gouv.fr/le-gouvernement-donne-une-nouvelle-impulsion-au-plan-ecophyto), chiffre reparti à la hausse en 2017 selon les Echos (https://www.lesechos.fr/05/11/2018/lesechos.fr/0600076584904_en-france–l-usage-de-pesticides-est-reparti-a-la-hausse-en-2017.htm)

[xvi] 0 pesticide de synthèse et 0 biocide de synthèse sur toutes les zones agricoles et non-agricoles.

Un nouveau nichoir à effraie a été posé sur la commune de Beaumont-Sardolles

Publié le

Un nouveau nichoir à effraie a été posé sur la commune de Beaumont-Sardolles

dans un grenier au dessus de box à chevaux au lieu-dit « le Couvent ».
Pose effectuée par DD & ACF.
DSC_2022
Vue de l’extérieure au dessus des box à chevaux. On distingue l’ouverture donnant accès au nichoir à gauche et un gite à chiroptères à droite.
DSC_2024

Pourquoi un monde sans insectes doit vraiment nous inquiéter

Publié le

Pourquoi un monde sans insectes doit vraiment nous inquiéter

Anne Brigaudeau France Télévisions

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/pourquoi-un-monde-sans-insectes-doit-il-vraiment-nous-inquieter_3197297.html

Mis à jour le 27/02/2019 | 17:23
publié le 26/02/2019 | 07:00

Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes, sont en déclin rapide dans le monde entier, selon une étude publiée le 11 février par des chercheurs de deux universités australiennes.

Mais où est passé le mur de mouches écrasées d’antan, qui noircissait les pare-brise sur la route des vacances ? Une synthèse de dizaines d’études, publiée lundi 11 février, par des chercheurs des universités de Sydney et du Queensland (Australie) corrobore le constat des conducteurs : près de la moitié des espèces d’insectes sont en déclin rapide dans le monde à cause d’un « effondrement catastrophique » des milieux naturels.

Pire encore, affirment les universitaires, si nous ne mettons pas fin rapidement à la destruction et à la pollution de leur habitat naturel, notamment dus à une agriculture intensive à base de pesticides et à l’artificialisation des sols, ces êtres vivants indispensables à l’écosystème vont disparaître d’ici quelques décennies. Avec des conséquences catastrophiques pour toute la chaîne du vivant.

Ce sera la fin de notre diversité alimentaire

« Il suffit d’imaginer que 80% des plantes à fleurs sont pollinisées par un insecte pour avoir une idée des conséquences », sourit Benoît Geslin, maître de conférences à l’université Aix-Marseille et chercheur à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie. « Sans les insectes, sans les quelque 1 000 espèces d’abeilles en France plus ou moins spécialisées, sans les mouches également très pollinisatrices, huit à neuf plantes sur dix ne seraient pas là. » Or, la variété de notre alimentation dépend directement de la présence de ces plantes.

« 75% des sortes de plantes que nous mangeons sont liées à la pollinisation : les fruits, les amandes, le colza, le tournesol, les pommes, les courgettes, le potiron, le café, le miel…

« En leur absence, on devrait se contenter de blé et de riz qui sont pollinisés par le vent et non par les insectes », tranche le chercheur. « Ces céréales pollinisées par le vent représentent environ les deux tiers de notre consommation de produits agricoles, précise Colin Fontaine, chercheur au Centre d’écologie et des sciences de la conservation. Mais le tiers qui reste en terme de tonnage, ce sont les légumes, les cultures à forte valeur ajoutée, donc les plus précieuses en terme de nutrition. »

D’où une alimentation fatalement moins diverse et moins gourmande, mais aussi de moindre qualité. « Des insectes dépendent non seulement ce qu’on mange, mais aussi la valeur nutritive de ce qu’on mange, poursuit Benoît Geslin. Les pommes qui sont moins pollinisées contiennent moins de sucre et moins de vitamines que les autres. Et même le lait baisse en qualité si les vaches ne se nourrissent pas d’une variété de plantes suffisantes dans l’herbe qu’elles broutent. » Jean-Yves Rasplus, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), pointe ainsi le risque « de multiplication de famines, donc de guerres et de conflits, d’ici un quart de siècle »

Travaux aux Chamons

Publié le

Eric, Daniel, Jean-Louis, Laurence, Marie-Hélène, Jean-Luc, Christian, Françoise, Claude, Annie, et les 3 Yves : nous étions nombreux en ce jour de la Saint Valentin à … manier sécateurs, coupes-branches, cisailles, marteaux, merlins, pour…réparer la clôture des Chamons !!!!  Un travail efficace, dans la bonne humeur, et sous un soleil printanier qui sera renouvelé mardi prochain si le temps le permet. Volontaires se faire connaître ! Merci

DSC_8160DSC_8162DSC_8166DSC_8167

 

2 nouveaux nichoirs pour les Effraie des clochers.

Publié le Mis à jour le

2 nouveaux nichoirs pour les Effraie des clochers.

Dans le cadre de la campagne d’installation de nichoirs à effraies, deux adhérents ont souhaité mettre à disposition leur bâtiment pour y accueillir la Dame blanche.  C’est chose faite depuis le 8 février à Rouy et Frasnay : les numéros 33 et 34 ont été placés dans le Bazois.

DSC_8150DSC_8146DSC_8154

Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans

Publié le

Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans

Les scientifiques mettent en garde contre un « effondrement catastrophique des écosystèmes naturels ».

Les insectes du monde entier sont en voie d’extinction, menaçant d’un « effondrement catastrophique des écosystèmes naturels », s’est alarmé, fin janvier, la revue scientifique mondiale Biological Conservation. Plus de 40 % des espèces d’insectes sont en déclin et un tiers sont menacées, selon les chercheurs. Leur taux de mortalité est huit fois plus rapide que celui des mammifères, oiseaux et reptiles. Au cours des trente dernières années, la masse totale des insectes existant dans le monde a diminué de 2,5 % chaque année.

A ce rythme, s’inquiètent les scientifiques, ils pourraient disparaître d’ici à un siècle. « C’est très rapide. Dans dix ans, il y aura un quart d’insectes de moins, dans cinquante ans, plus que la moitié, et dans cent ans, il n’y en aura plus », a déclaré au Guardian dimanche 10 février Francisco Sánchez-Bayo, de l’université de Sydney (Australie), qui a collecté les données avec Kris Wyckhuys de l’Académie des sciences agricoles à Beijing (Chine). La plupart des études analysées ont été réalisées en Europe occidentale et aux Etats-Unis.

98 % des insectes ont disparu à Porto Rico depuis trente-cinq ans

Les insectes sont « essentiels » au bon fonctionnement de tous les écosystèmes, expliquent les chercheurs. Ils pollinisent les plantes, recyclent les nutriments et servent de nourriture de base aux autres animaux. Leur disparition « aura des conséquences catastrophiques à la fois pour les écosystèmes de la planète et pour la survie de l’humanité », s’alarme Francisco Sanchez-Bayo. L’un des impacts majeurs concerne les nombreux oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons qui se nourrissent d’insectes. « Si cette source de nourriture leur est enlevée, tous ces animaux mourront de faim », a-t-il dit.

Des effondrements de populations d’insectes ont récemment été signalés en Allemagne et à Porto Rico, où une récente étude a révélé une chute de 98 % des insectes terrestres depuis trente-cinq ans, mais l’étude montre clairement que la crise est mondiale. Les papillons et les papillons de nuit sont parmi les plus touchés. Le nombre d’espèces de papillons a chuté de 58 % sur les terres cultivées en Angleterre entre 2000 et 2009. Le Royaume-Uni a subi les plus fortes chutes d’insectes jamais enregistrées, bien que cela soit probablement le résultat d’une étude plus intensive que dans la plupart des autres pays.

Les abeilles ont également été gravement touchées, la moitié seulement des espèces de bourdons recensées en Oklahoma aux Etats-Unis en 1949 étant présentes en 2013. Le nombre de colonies d’abeilles aux Etats-Unis était de six millions en 1947, 3,5 millions ont disparu depuis. Il existe plus de 350 000 espèces de coléoptères et on pense que beaucoup d’entre elles ont décliné, en particulier les dendroctones du fumier. Si on dispose de beaucoup moins d’informations sur les mouches, fourmis, pucerons, insectes boucliers et criquets, les experts affirment qu’il n’y a aucune raison de penser qu’ils s’en sortent mieux que les espèces étudiées.

L’agriculture intensive pointée du doigt

« Si nous ne changeons pas nos méthodes de production alimentaire, les insectes dans leur ensemble s’engageront sur la voie de l’extinction dans quelques décennies », écrivent les chercheurs, pour lesquels l’agriculture intensive est la cause principale du déclin des populations d’insectes, en particulier la forte utilisation des pesticides. L’urbanisation et le changement climatique sont également des facteurs importants.

Selon M. Sanchez-Bayo, la disparition des insectes semble avoir commencé à l’aube du XXsiècle, puis elle s’est accélérée dans les années 1950 et 1960 et a atteint des « proportions alarmantes » au cours des deux dernières décennies. Les nouvelles classes d’insecticides introduites au cours des vingt dernières années, y compris les néonicotinoïdes et le fipronil, ont été particulièrement dommageables car ils sont utilisés régulièrement et persistent dans l’environnement : « Ils stérilisent le sol, tuant tous les vers blancs. » Cela a des effets même dans les réserves naturelles avoisinantes : les 75 % de perte d’insectes en Allemagne ont été enregistrés dans des zones protégées.

source :  https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/02/11/le-declin-des-insectes-une-menace-grandissante-pour-les-ecosystemes-naturels_5422018_3244.html

Sauvons la Directive Cadre Eau et nos rivières, stoppons les lobbies et gouvernements qui veulent les affaiblir !

Publié le Mis à jour le

Sauvons la Directive Cadre Eau et nos rivières, stoppons les lobbies et gouvernements qui veulent les affaiblir !

 

Signez la pétition ici :  https://www.rivernet.org/loire/soslv/pdfetdocs/IframeProtectWater.htm

Victoire ! Le Conseil d’Etat suspend la chasse aux oies sauvages

Publié le

Victoire ! Le Conseil d’Etat suspend la chasse aux oies sauvages

Grâce aux dizaines de milliers d’entre vous qui se sont mobilisés en masse contre la prolongation de la chasse aux oies en février, la LPO a pour la douzième fois fait condamner l’Etat, décidément obstiné sur ce sujet. Merci à tous !

oies cendrees vol aurelien audevard 650Oies cendrées (Anser anser) – Crédit photo : Aurélien Audevard

Six jours après la clôture de la consultation publique sur la chasse aux oies en février ayant comptabilisé plus de 52 000 contributions, dont une majorité d’avis contre l’arrêté, le gouvernement français signait pourtant l’arrêté de prolongation. La LPO avait alors immédiatement saisi le Conseil d’Etat afin de demander sa suspension d’urgence, en vue de son annulation. La Directive oiseaux votée en 2009 par l’Union Européenne stipule en effet qu’il est interdit de chasser les oiseaux migrateurs de retour sur leurs lieux de nidification.

Le Conseil d’Etat vient de se prononcer : la chasse des oies sauvages est suspendue avec effet immédiat. En condamnant en référé le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, il a considéré que :

  • La prétendue « gestion adaptative » n’avait sûrement pas pour objectif de contourner les dates de clôture de la chasse
  • Des « petites populations n’avaient pas à être prélevées »
  • Aucun dégât n’impacterait la France en raison de la présence des oies
  • Les chiffres de populations d’oies survolant la France durant la période incriminée étaient nettement inférieurs à ceux annoncés par le Ministère.

Au final, à l’heure où la France prétend être exemplaire dans sa volonté d’endiguer le déclin de la biodiversité, elle met tout en œuvre pour permettre l’abattage récréatif d’oiseaux migrateurs supplémentaires à seule fin de satisfaire une minorité.

C’était sans compter sur la vigilance et l’opiniâtreté de la LPO qui se voit obligée de rappeler année après année aux gouvernements successifs que la législation européenne interdit de chasser les oiseaux migrateurs de retour sur leurs lieux de nidification.

Plus d’informations

Consultez le communiqué de presse

source : https://www.lpo.fr/actualites/victoire-le-conseil-d-etat-suspend-la-chasse-aux-oies-sauvages