En vrac

Un nouveau nichoir à effraie a été posé sur la commune de Beaumont-Sardolles

Publié le

Un nouveau nichoir à effraie a été posé sur la commune de Beaumont-Sardolles

dans un grenier au dessus de box à chevaux au lieu-dit « le Couvent ».
Pose effectuée par DD & ACF.
DSC_2022
Vue de l’extérieure au dessus des box à chevaux. On distingue l’ouverture donnant accès au nichoir à gauche et un gite à chiroptères à droite.
DSC_2024

Pourquoi un monde sans insectes doit vraiment nous inquiéter

Publié le

Pourquoi un monde sans insectes doit vraiment nous inquiéter

Anne Brigaudeau France Télévisions

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/pourquoi-un-monde-sans-insectes-doit-il-vraiment-nous-inquieter_3197297.html

Mis à jour le 27/02/2019 | 17:23
publié le 26/02/2019 | 07:00

Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes, sont en déclin rapide dans le monde entier, selon une étude publiée le 11 février par des chercheurs de deux universités australiennes.

Mais où est passé le mur de mouches écrasées d’antan, qui noircissait les pare-brise sur la route des vacances ? Une synthèse de dizaines d’études, publiée lundi 11 février, par des chercheurs des universités de Sydney et du Queensland (Australie) corrobore le constat des conducteurs : près de la moitié des espèces d’insectes sont en déclin rapide dans le monde à cause d’un « effondrement catastrophique » des milieux naturels.

Pire encore, affirment les universitaires, si nous ne mettons pas fin rapidement à la destruction et à la pollution de leur habitat naturel, notamment dus à une agriculture intensive à base de pesticides et à l’artificialisation des sols, ces êtres vivants indispensables à l’écosystème vont disparaître d’ici quelques décennies. Avec des conséquences catastrophiques pour toute la chaîne du vivant.

Ce sera la fin de notre diversité alimentaire

« Il suffit d’imaginer que 80% des plantes à fleurs sont pollinisées par un insecte pour avoir une idée des conséquences », sourit Benoît Geslin, maître de conférences à l’université Aix-Marseille et chercheur à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie. « Sans les insectes, sans les quelque 1 000 espèces d’abeilles en France plus ou moins spécialisées, sans les mouches également très pollinisatrices, huit à neuf plantes sur dix ne seraient pas là. » Or, la variété de notre alimentation dépend directement de la présence de ces plantes.

« 75% des sortes de plantes que nous mangeons sont liées à la pollinisation : les fruits, les amandes, le colza, le tournesol, les pommes, les courgettes, le potiron, le café, le miel…

« En leur absence, on devrait se contenter de blé et de riz qui sont pollinisés par le vent et non par les insectes », tranche le chercheur. « Ces céréales pollinisées par le vent représentent environ les deux tiers de notre consommation de produits agricoles, précise Colin Fontaine, chercheur au Centre d’écologie et des sciences de la conservation. Mais le tiers qui reste en terme de tonnage, ce sont les légumes, les cultures à forte valeur ajoutée, donc les plus précieuses en terme de nutrition. »

D’où une alimentation fatalement moins diverse et moins gourmande, mais aussi de moindre qualité. « Des insectes dépendent non seulement ce qu’on mange, mais aussi la valeur nutritive de ce qu’on mange, poursuit Benoît Geslin. Les pommes qui sont moins pollinisées contiennent moins de sucre et moins de vitamines que les autres. Et même le lait baisse en qualité si les vaches ne se nourrissent pas d’une variété de plantes suffisantes dans l’herbe qu’elles broutent. » Jean-Yves Rasplus, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), pointe ainsi le risque « de multiplication de famines, donc de guerres et de conflits, d’ici un quart de siècle »

Travaux aux Chamons

Publié le

Eric, Daniel, Jean-Louis, Laurence, Marie-Hélène, Jean-Luc, Christian, Françoise, Claude, Annie, et les 3 Yves : nous étions nombreux en ce jour de la Saint Valentin à … manier sécateurs, coupes-branches, cisailles, marteaux, merlins, pour…réparer la clôture des Chamons !!!!  Un travail efficace, dans la bonne humeur, et sous un soleil printanier qui sera renouvelé mardi prochain si le temps le permet. Volontaires se faire connaître ! Merci

DSC_8160DSC_8162DSC_8166DSC_8167

 

2 nouveaux nichoirs pour les Effraie des clochers.

Publié le Mis à jour le

2 nouveaux nichoirs pour les Effraie des clochers.

Dans le cadre de la campagne d’installation de nichoirs à effraies, deux adhérents ont souhaité mettre à disposition leur bâtiment pour y accueillir la Dame blanche.  C’est chose faite depuis le 8 février à Rouy et Frasnay : les numéros 33 et 34 ont été placés dans le Bazois.

DSC_8150DSC_8146DSC_8154

Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans

Publié le

Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans

Les scientifiques mettent en garde contre un « effondrement catastrophique des écosystèmes naturels ».

Les insectes du monde entier sont en voie d’extinction, menaçant d’un « effondrement catastrophique des écosystèmes naturels », s’est alarmé, fin janvier, la revue scientifique mondiale Biological Conservation. Plus de 40 % des espèces d’insectes sont en déclin et un tiers sont menacées, selon les chercheurs. Leur taux de mortalité est huit fois plus rapide que celui des mammifères, oiseaux et reptiles. Au cours des trente dernières années, la masse totale des insectes existant dans le monde a diminué de 2,5 % chaque année.

A ce rythme, s’inquiètent les scientifiques, ils pourraient disparaître d’ici à un siècle. « C’est très rapide. Dans dix ans, il y aura un quart d’insectes de moins, dans cinquante ans, plus que la moitié, et dans cent ans, il n’y en aura plus », a déclaré au Guardian dimanche 10 février Francisco Sánchez-Bayo, de l’université de Sydney (Australie), qui a collecté les données avec Kris Wyckhuys de l’Académie des sciences agricoles à Beijing (Chine). La plupart des études analysées ont été réalisées en Europe occidentale et aux Etats-Unis.

98 % des insectes ont disparu à Porto Rico depuis trente-cinq ans

Les insectes sont « essentiels » au bon fonctionnement de tous les écosystèmes, expliquent les chercheurs. Ils pollinisent les plantes, recyclent les nutriments et servent de nourriture de base aux autres animaux. Leur disparition « aura des conséquences catastrophiques à la fois pour les écosystèmes de la planète et pour la survie de l’humanité », s’alarme Francisco Sanchez-Bayo. L’un des impacts majeurs concerne les nombreux oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons qui se nourrissent d’insectes. « Si cette source de nourriture leur est enlevée, tous ces animaux mourront de faim », a-t-il dit.

Des effondrements de populations d’insectes ont récemment été signalés en Allemagne et à Porto Rico, où une récente étude a révélé une chute de 98 % des insectes terrestres depuis trente-cinq ans, mais l’étude montre clairement que la crise est mondiale. Les papillons et les papillons de nuit sont parmi les plus touchés. Le nombre d’espèces de papillons a chuté de 58 % sur les terres cultivées en Angleterre entre 2000 et 2009. Le Royaume-Uni a subi les plus fortes chutes d’insectes jamais enregistrées, bien que cela soit probablement le résultat d’une étude plus intensive que dans la plupart des autres pays.

Les abeilles ont également été gravement touchées, la moitié seulement des espèces de bourdons recensées en Oklahoma aux Etats-Unis en 1949 étant présentes en 2013. Le nombre de colonies d’abeilles aux Etats-Unis était de six millions en 1947, 3,5 millions ont disparu depuis. Il existe plus de 350 000 espèces de coléoptères et on pense que beaucoup d’entre elles ont décliné, en particulier les dendroctones du fumier. Si on dispose de beaucoup moins d’informations sur les mouches, fourmis, pucerons, insectes boucliers et criquets, les experts affirment qu’il n’y a aucune raison de penser qu’ils s’en sortent mieux que les espèces étudiées.

L’agriculture intensive pointée du doigt

« Si nous ne changeons pas nos méthodes de production alimentaire, les insectes dans leur ensemble s’engageront sur la voie de l’extinction dans quelques décennies », écrivent les chercheurs, pour lesquels l’agriculture intensive est la cause principale du déclin des populations d’insectes, en particulier la forte utilisation des pesticides. L’urbanisation et le changement climatique sont également des facteurs importants.

Selon M. Sanchez-Bayo, la disparition des insectes semble avoir commencé à l’aube du XXsiècle, puis elle s’est accélérée dans les années 1950 et 1960 et a atteint des « proportions alarmantes » au cours des deux dernières décennies. Les nouvelles classes d’insecticides introduites au cours des vingt dernières années, y compris les néonicotinoïdes et le fipronil, ont été particulièrement dommageables car ils sont utilisés régulièrement et persistent dans l’environnement : « Ils stérilisent le sol, tuant tous les vers blancs. » Cela a des effets même dans les réserves naturelles avoisinantes : les 75 % de perte d’insectes en Allemagne ont été enregistrés dans des zones protégées.

source :  https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/02/11/le-declin-des-insectes-une-menace-grandissante-pour-les-ecosystemes-naturels_5422018_3244.html

Sauvons la Directive Cadre Eau et nos rivières, stoppons les lobbies et gouvernements qui veulent les affaiblir !

Publié le Mis à jour le

Sauvons la Directive Cadre Eau et nos rivières, stoppons les lobbies et gouvernements qui veulent les affaiblir !

 

Signez la pétition ici :  https://www.rivernet.org/loire/soslv/pdfetdocs/IframeProtectWater.htm

Victoire ! Le Conseil d’Etat suspend la chasse aux oies sauvages

Publié le

Victoire ! Le Conseil d’Etat suspend la chasse aux oies sauvages

Grâce aux dizaines de milliers d’entre vous qui se sont mobilisés en masse contre la prolongation de la chasse aux oies en février, la LPO a pour la douzième fois fait condamner l’Etat, décidément obstiné sur ce sujet. Merci à tous !

oies cendrees vol aurelien audevard 650Oies cendrées (Anser anser) – Crédit photo : Aurélien Audevard

Six jours après la clôture de la consultation publique sur la chasse aux oies en février ayant comptabilisé plus de 52 000 contributions, dont une majorité d’avis contre l’arrêté, le gouvernement français signait pourtant l’arrêté de prolongation. La LPO avait alors immédiatement saisi le Conseil d’Etat afin de demander sa suspension d’urgence, en vue de son annulation. La Directive oiseaux votée en 2009 par l’Union Européenne stipule en effet qu’il est interdit de chasser les oiseaux migrateurs de retour sur leurs lieux de nidification.

Le Conseil d’Etat vient de se prononcer : la chasse des oies sauvages est suspendue avec effet immédiat. En condamnant en référé le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, il a considéré que :

  • La prétendue « gestion adaptative » n’avait sûrement pas pour objectif de contourner les dates de clôture de la chasse
  • Des « petites populations n’avaient pas à être prélevées »
  • Aucun dégât n’impacterait la France en raison de la présence des oies
  • Les chiffres de populations d’oies survolant la France durant la période incriminée étaient nettement inférieurs à ceux annoncés par le Ministère.

Au final, à l’heure où la France prétend être exemplaire dans sa volonté d’endiguer le déclin de la biodiversité, elle met tout en œuvre pour permettre l’abattage récréatif d’oiseaux migrateurs supplémentaires à seule fin de satisfaire une minorité.

C’était sans compter sur la vigilance et l’opiniâtreté de la LPO qui se voit obligée de rappeler année après année aux gouvernements successifs que la législation européenne interdit de chasser les oiseaux migrateurs de retour sur leurs lieux de nidification.

Plus d’informations

Consultez le communiqué de presse

source : https://www.lpo.fr/actualites/victoire-le-conseil-d-etat-suspend-la-chasse-aux-oies-sauvages

Inauguration du Refuge LPO de l’école élémentaire de Rouy

Publié le

Inauguration du Refuge LPO de l’école élémentaire de Rouy

– 5 février 2019

Quatre-vingts personnes étaient présentes dans la bonne humeur et en chanson pour la cérémonie d’inauguration du Refuge LPO de l’école de Rouy. C’est « la classe des oiseaux » qui est à l’initiative du projet refuge… et même de son financement ! Mme Vadrot et ses collègues ont su motiver les élèves de CE 2 – CM 1 et CM 2 qui ont travaillé en autonomie : chacun présentait un oiseau de son choix sous forme de documents divers illustrant l’envergure, le poids, la répartition géographique, avec des photos et des dessins.

Les parents, motivés eux aussi, étaient présents en nombre ainsi que M. le Maire. La commune de Rouy est déjà engagée dans plusieurs actions environnementales et écologiques (marché bio, nichoir à effraie…) . La LPO 58 a fourni quelques nichoirs et mangeoires en matériaux de récupération et le menuisier du pays a lui aussi fourni un nichoir et une mangeoire de qualité professionnelle.

La soirée s’est terminée autour d’une dégustation de crêpes et de gaufrettes fort appréciées des gourmands !!!

© ACC

DSC_8125DSC_8131DSC_8132DSC_8136DSC_8138

 

Comptage Wetlands 2018 : Les oiseaux d’eau hivernants en France

Publié le

Découvrez les résultats des comptages Wetlands 2018 !

tournepierre 084 fcahezTournepierre à collier (Arenaria interpres) – Crédit photo : F. Cahez

Qu’est-ce que le comptage Wetlands ?

En hiver, les oiseaux d’eau, qui ont niché pour beaucoup dans les zones arctiques et boréales, se rassemblent dans des régions tempérées ou tropicales. Ces rassemblements permettent de les dénombrer plus facilement, que lorsqu’ils sont dispersés dans la toundra ou dans des zones difficiles d’accès.

En France, où l’on pratique ces comptages depuis 1967, ce sont plus de 1 500 « compteurs » qui recensent les oiseaux d’eau sur plus de 500 zones humides côtières et continentales, collectant ainsi des milliers de données chaque année sur plus de 70 espèces.

Les informations collectées au cours du comptage Wetlands ont permis, au fil des décennies, d’identifier des zones humides d’importance nationale et internationale, qui bénéficient souvent de mesures de protection.

Le bilan du comptage Wetlands 2018

Compter les oiseaux d’eau sur une base annuelle et depuis plusieurs dizaines d’années, permet de suivre l’évolution de chaque espèce. Sur les 10 dernières années, 17 espèces d’oiseaux d’eau sont en augmentation en France, 17 sont stables, 18 fluctuantes et 18 en régression.

La synthèse du dénombrement de janvier 2018 dresse le bilan actualisé de la situation des oiseaux d’eau. Désormais éditée sous forme d’une brochure, elle présente brièvement le comptage Wetlands, ses objectifs, ses chiffres clés, son réseau des sites, etc. Les fiches espèces contenant les chiffres, la répartition et les tendances sont regroupées dans l’annexe de ce document.

Plus d’informations

Consultez la synthèse Wetlands 2018
Consultez les annexes techniques du comptage 2018

 

Source :  https://www.lpo.fr/actualites/comptage-wetlands-2018-les-oiseaux-d-eau-hivernants-en-france

La photo d’Anthony Binet choisie pour la couverture de l’atlas des odonates de Bourgogne

Publié le Mis à jour le

La photo d’Anthony Binet choisie pour la couverture de l’atlas des Libellules de Bourgogne-Franche-Comté

 

Afin d’élire la photo de couverture de l’atlas des Libellules de Bourgogne-Franche-Comté en cours de rédaction, le Conservatoire botanique national de Franche-Comté – Observatoire régional des Invertébrés, l’Office pour les insectes et leur environnement de Franche-Comté et la Société d’histoire naturelle d’Autun lançaient en mars dernier un concours photos auprès des naturalistes de la région…

Le choix du comité de rédaction

Un jury élargi, constitué des membres du comité de rédaction de l’atlas, ainsi que des membres de l’association Bourgogne-Franche-Comté Nature, a délibéré et voté afin de sélectionner la photo de couverture de l’atlas :

Photo sélectionnée : Bravo à Anthony Binet !

photo : AnthonyBinet

Source :  http://www.bourgogne-nature.fr/fr/actualites/decouvrez-les-photos-gagnantes_6_A677.html

Vous pouvez consulter son blog photos à cette adresse : https://toinedumorvan.wixsite.com/phototoine

Grand débat national : La LPO s’engage au nom de la biodiversité

Publié le Mis à jour le

Nos recommandations pour défendre la nature lors de la consultation lancée par le Gouvernement.

image actu grandebatnational2019

Un Grand Débat National a été engagé par le Gouvernement. Des réunions publiques ainsi que le site internet mis en ligne depuis le 15 janvier 2019 invitent les citoyens français à faire part de leur avis et ressentis sur diverses thématiques, dont la transition écologique. La LPO vous encourage donc à y participer avant le 15 mars prochain pour formuler des propositions concrètes en faveur de la biodiversité.

A cet effet, vous avez la possibilité de vous inspirer des documents suivants :

Le rapport de l’Observatoire National de la Biodiversité peut également vous être utile.

Comment participer en ligne ?

Une fois inscrit sur le site, cliquez sur le thème « transition écologique » et accédez au questionnaire dédié. Il vous sera possible de rédiger une contribution libre en utilisant si vous le souhaitez nos recommandations.

Chasse des oies migratrices après la fermeture : le cadeau de trop d’Emmanuel Macron aux chasseurs

Publié le

Chasse des oies migratrices après la fermeture : le cadeau de trop d’Emmanuel Macron aux chasseurs

Le gouvernement vient de prolonger la chasse des oies tout au long du mois de février, après la date officielle de fermeture, en pleine période de migration prénuptiale. « En même temps » la France  prétend être exemplaire en matière de biodiversité, se vante d’accueillir l’IPBES(1) à Paris fin mars et le Congrès mondial de l’UICN en 2020 à Marseille.

C’est le cadeau de trop fait aux chasseurs après la réduction du prix du permis national pour les plus riches, le retour des chasses présidentielles et autres piégeages traditionnels. La LPO a d’ores et déjà saisi le Conseil d’Etat avec une demande de suspension immédiate.

Alors que les gouvernements précédents avaient tenté sans succès d’autoriser la chasse des oies migratrices jusqu’au 10 février, le gouvernement d’Emmanuel Macron offre aux chasseurs tout le mois de février !

Sur ordre du Président de la République, le Ministre censé incarner la Transition Ecologique et Solidaire vient de signer un arrêté le 30 janvier 2019  permettant  la chasse de 4000 Oies cendrées jusqu’au 28 février 2019 (sauf Haut-Rhin/Bas-Rhin), et des Oies rieuses et des moissons, sans quota, jusqu’au 10 février.

Ainsi le Ministère prétend avoir analysé, en moins d’une semaine, les 52 000 contributions sur le site de la consultation publique sur le site du ministère de l’Ecologie pour établir son arrêté. En vérité, la décision était prise dès le mois d’août dernier, puisque le Président de la Fédération nationale des chasseurs déclarait à la sortie de sa rencontre avec le Président Macron (celle-là même qui avait conduit à la démission de Nicolas Hulot) qu’il avait obtenu la possibilité de chasser les oies cendrées au mois de février 2019. Dès lors on ne peut s’empêcher de se demander à quoi servent les consultations publiques !

En résumé, qu’importe si l’argument présenté par le Ministère ne tient pas puisqu’il n’y a pas de dégâts causés aux cultures par ces espèces en France. Après tout les précédents gouvernements avaient déjà tenté de justifier la chasse après la fermeture pour des raisons scientifiques (sic), ou donné des ordres à la police de la nature de ne pas verbaliser les chasseurs.

Qu’importe si le Président de la République qui se dit européen convaincu méprise la Directive oiseaux approuvée par la France il y a 40 ans qui dit que les Etats membres ne doivent pas chasser les oiseaux migrateurs de retour sur leurs lieux de nidification.

Qu’importe si 11 arrêts concordants du Conseil d’Etat ont confirmé, année après année, que la date de fermeture des oies sauvages doit être le 31 janvier afin de respecter la migration prénuptiale des oiseaux qui débute, selon les études les plus récentes, à partir du 20 janvier (et de plus en plus tôt avec le réchauffement climatique).

Qu’importe si les chasseurs sont bien incapables de distinguer les trois espèces d’oies après le 10 février, s’agissant pour grande partie d’une chasse de nuit, et si les contrôles sont fatalement limités notamment par les faibles effectifs des agents de l’ONCFS

Qu’importe si ce mois de chasse supplémentaire perturbera les autres oiseaux d’eau dont la chasse est fermée depuis le 31 janvier, et notamment les canards, en cette période de quiétude qui leur est indispensable entre la fin de l’hivernage et leur reproduction. Et qu’importe si la faune est fragilisée par les conditions météorologiques hivernales.

Sous prétexte de « gestion adaptative » présentée comme un véritable progrès dans le projet de loi consacrant la fusion de l’ONCFS et de l’AFB en cours d’examen, le gouvernement commence par prolonger la chasse d’oiseaux migrateurs en dehors des périodes d’ouverture, au lieu de suspendre la chasse des 18 oiseaux en mauvais état de conservation et inscrits comme tels sur les listes rouges de l’UICN, reniant ainsi les engagements de campagne du Président de la République.

La LPO vient de déposer deux recours au Conseil d‘Etat contre cet arrêté, l’un visant son annulation et l’autre, plus urgent, demandant sa suspension immédiate

(1) Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques : ouvert aux états membres des Nations-Unies (130 membres en 2017).

Contact presse
Allain Bougrain Dubourg : 06 11 15 15 18

Informations complémentaires

Arrêté du 30 janvier 2019 relatif au prélèvement autorisé de l’oie cendrée, de l’oie rieuse et de l’oie des moissons au cours du mois de février 2019

CP LPO 08/01/2019 : Le gouvernement veut permettre la chasse des oies migratrices en février : la LPO appelle les Français à se mobiliser

Actu LPO : appel à mobilisation en faveur des oies sauvages

Ils étaient 150, dimanche 27 janvier, à Nevers, à marcher pour le climat

Publié le

Ils étaient 150, dimanche 27 janvier, à Nevers, à marcher pour le climat

 C’est sous une pluie battante et froide que 150 marcheurs, à l’invitation du Collectif 58 pour le climat, se sont réunis, dimanche 27 janvier, à Nevers, pour dénoncer leur désarroi face à l’urgence climatique.

« Nous marchons pour lancer un cri d’alarme à l’adresse de nos élus. Leur dire que les citoyens veulent une justice climatique pour tous. » C’est ainsi qu’un membre du Collectif 58 pour le climat (*) résume l’objet de la marche de dimanche 27 janvier à Nevers.

« Il faut que tout le monde ait accès aux richesses de la terre et que ce ne soit pas les multinationales qui s’en emparent, qui en prennent le contrôle en les privatisant, notamment la forêt. » Sur ce plan, la volonté est qu’il n’y ait pas d’exploitation dévastatrice de celle du Morvan. « Il faut également que la transformation de ce bois se fasse sur place, ce qui permettrait, de surcroît, de maintenir des emplois ici. Il faut exploiter nos ressources en local, pour le local. »

La surconsommation produit beaucoup de déchets

L’agriculture est aussi au cœur de ses préoccupations. « Il faut que les agriculteurs puissent continuer d’exploiter leurs propres terres et qu’ils en vivent. Pour cela, il faut qu’ils puissent accéder au foncier. »

Le Collectif dénonce également la surconsommation qui produit beaucoup de déchets. « Il n’y a pas besoin d’acheter sans cesse. »

À l’heure où la jeune militante suédoise de 16 ans, Greta Thunberg, bouscule présidents et patrons au sommet de Davos, les cris d’alarmes lancés au cours de ces marches pour le climat prennent une raisonnance particulière.

(*) Le Collectif 58 pour le climat rassemble notamment la FSU, Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye, PG 58, Aves France, le Collectif Nivernais pour une agricuture durable, Les 3 prés, Loire vivante, le PCF, l’Association pour la protection du confluent de la Loire et de l’Allier, AOC, EELV, le CCFD-Terre Solidaire et Adret Morvan.

 

Denis Chaumereuil

Source : https://www.lejdc.fr/nevers/environnement/2019/01/27/ils-etaient-150-dimanche-27-janvier-a-nevers-a-marcher-pour-le-climat_13120391.html

Flore sauvage métropolitaine : 15 % des espèces menacées de disparition

Publié le

Flore sauvage métropolitaine : 15 % des espèces menacées de disparition

 

Parmi les menaces qui pèsent sur la flore, on trouve principalement l’urbanisation croissante et l’agriculture intensive.

Urbanisation, pratiques agricoles… Près de 750 espèces de la flore sauvage de métropole courent un risque de disparition, soit 15 % des 5 000 plantes recensées sur le territoire, ont annoncé jeudi 24 janvier plusieurs organismes spécialisés, soulignant une « situation préoccupante ».

C’est la première fois que le risque de disparition de l’ensemble de la « flore vasculaire » (qui possède des vaisseaux permettant la circulation de la sève) est évalué en métropole. Cela regroupe l’ensemble des fougères, des plantes à graines ou à fleurs et des conifères, mais pas les mousses ou les algues.

Lire la suite :  https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/24/flore-sauvage-metropolitaine-15-des-especes-menacees-de-disparition_5414053_3244.html

La sortie nature du 20 janvier sur les étangs de Vaux et de Baye

Publié le

La sortie nature du 20 janvier sur les étangs de Vaux et de Baye

dsc_0674

Dimanche matin sur un étang de la Nièvre. Une petite pluie fine tombe, mais la pluie du matin n’arrête pas les ornithologues. Jean-Louis Dupuy et Bernard Anglaret, les animateurs LPO, installent leur longue-vue. Distribution des paires de jumelles, petits livrets sur les oiseaux d’eau. Le paysage se fond dans le brouillard. Sur les bords, on devine des traces de glace, on voit deux pêcheurs, des foulques macroules, ces canards noirs avec un miroir blanc sur le bec, canards qu’il ne faut pas confondre avec la poule d’eau. Des taches blanches à l’horizon : cygnes ou grandes aigrettes ? Sur la gauche apparaissent des silhouettes de canard de surface. Ce sont des sarcelles d’hiver, petits canards d’eau douce. A cette distance, on ne distingue qu’une ligne blanche sur l’aile et une tache claire sur la queue. « Certains oiseaux redoutent le gel » précise Bernard. « Les cygnes en particulier préfèrent se poser sur l’eau plutôt que d’atterrir sur la glace. J’ai vu sur un lac presque entièrement gelé des canards battre l’eau pour qu’elle reste libre ». Des cormorans survolent les observateurs. Chacun y va de son histoire :  « Le cormoran a des plumes peu étanches. Il doit les faire sécher et c’est pour cette raison qu’on le voit sur la rive les ailes écartées comme des bras prêts à embrasser ».  « Les cormorans font l’objet d’un comptage selon un protocole mis au point par le Museum d’histoire naturelle. On les compte une fois par mois, au moment où ils vont rejoindre leur dortoir et dans des lieux déterminés ». Juste devant, élégant comme des demoiselles qui arborent un chapeau neuf, les grèbes huppés. Jean-Louis Dupuy note sur son carnet de note électronique chaque type d’oiseau vu (contacté) ainsi que le lieu et leur nombre. Il alimente ainsi la base de données : http://www.faune-nievre.fr. Le froid devient plus vif. « Extraordinaire » nous dit Yves, « il y a des oiseaux qui imitent les chants des autres oiseaux, parfois même la sonnerie du téléphone portable, L’étourneau sansonnet doit être le champion dans son domaine ». Envol d’un garrot à œil d’or, celui qu’on venait voir. Son vol se perdra dans le brouillard… Au loin vers la gauche, des harles bièvre : 4 mâles et 2 femelles : « Il semblerait que les mâles poursuivent les femelles. Déjà un début de parade nuptiale ?» Un geai des chênes à moitié caché par une branche nous observe, la tête dans les épaules. Sur le sol, on repère les coquilles de moules d’eau douce, ouvertes par quel oiseau ? Mouette, goéland ou autre ? Mais le temps s’écoule. Les ornithologues rebroussent chemin pour se retrouver tous autour d’une excellente table dans un restaurant voisin de l’étang.

Rendez-vous au jardin les 26 et 27 janvier 2019

Publié le

Rendez-vous au jardin les 26 et 27 janvier 2019

Le Comptage national des oiseaux des jardins, c’est bientôt ! Oui mais c’est quoi ? On vous explique.

Mésange huppée (Lophophanes cristatus) - Crédit photo : Frans PelsmaekersMésange huppée (Lophophanes cristatus) – Crédit photo : Frans Pelsmaekers

Pour la 7e année consécutive, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) vous invitent à participer au Comptage national des oiseaux des jardins.

Le Comptage national de quoi ?

Des oiseaux des jardins ! C’est une opération nationale durant laquelle chacun est invité pendant une heure à compter les oiseaux de son jardin ou d’un parc public.

C’est quand ?

Le dernier week-end de janvier, les 26 et 27 janvier 2019.

Et ça sert à quoi ?

Ces données, récoltées lors de cette opération de science participative, permettent d’en apprendre d’avantage sur ces « oiseaux communs ». C’est-à-dire ? Sur les évolutions en cours, sur leur comportement à cette saison, sur le type de nourriture consommée, sur les oiseaux présents et ceux absents. Et oui car ces données sont analysées notamment dans le cadre de thèses ! Oui oui, de thèses !

Comment fait-on pour participer ?

Pas besoin d’être un expert, il suffit simplement d’avoir un peu de temps (une heure), d’aimer regarder ce qu’il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile !

    • Choisissez un jour d’observation, le samedi 26 ou le dimanche 27 janvier et un créneau d’une heure, idéalement en fin de matinée ou en début d’après-midi, lorsque les températures sont un peu plus chaudes et les oiseaux plus actifs ;
    • Trouvez un lieu d’observation, un jardin ou un balcon, en ville ou à la campagne. Un parc public peut tout à fait servir de lieu d’observation ;
    • Comptez et notez durant une heure tous les oiseaux qui visitent le jardin. Pour les reconnaitre plus facilement, des fiches sont disponibles sur le site de l’Observatoire ainsi qu’une fiche d’aide pour le comptage ;
    • Transmettez les données sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : oiseauxdesjardins.fr.

Besoin d’un coup de main pour identifier un oiseau ? Nous sommes là pour ça, envoyez-nous le portrait de l’oiseau sur oiseauxdesjardins@lpo.fr.

L’année dernière, la star du jardin était le Gros-bec casse noyau. Et cette année qui sera sur le devant de la scène ?

Plus d’informations                                    

Rendez-vous sur oiseauxdesjardins.fr

D’autres observatoires de la biodiversité sont également à découvrir sur vigienature.fr

Opération menée avec le soutien financier de Cemex, Blue Green, Ceetrus, Cidou Bio et Crédit Mutuel

Partenaire de l’opération : le Groupe Ornithologique Normand (GONm)

source :  https://www.lpo.fr/actualites/rendez-vous-au-jardin-les-26-et-27-janvier-2019