Presse et Environnement

L’ONF utilise-t-il illégalement du glyphosate en forêt domaniale de Saint-Gobain dans l’Aisne ?

Publié le

L’ONF utilise-t-il illégalement du glyphosate en forêt domaniale de Saint-Gobain dans l’Aisne ?

Ces derniers mois, de nombreux témoignages attestant de l’utilisation du glyphosate dans la forêt de Saint-Gobain (Aisne) par l’Office national des forêts (ONF), se multiplient. Est-ce avéré ? Est-ce légal ?

Par Célia Mascre

[MAJ] Le 2 octobre, l’ONF a annoncé via une note de service « qu’à compter de [cette] date, la gestion pratiquée par l’ONF exclut totalement toute prescription et tout usage du glyphosate dans les forêts publiques ».

Depuis plusieurs années, les associations de protection de l’environnement françaises tirent la sonnette d’alarme. Elles dénoncent une gestion des forêts industrialisée et non respectueuse de l’écosystème.

La forêt domaniale de Saint-Gobain, dont 9 000 hectares sur 13 000 sont gérés par l’ONF, n’y échapperait pas. Située à moins de trente kilomètres du chef-lieu de l’Aisne et à deux heures en voiture de Paris, ce massif forestier est connu pour ses futaies de chênes et de hêtres qui se mêlent à d’autres feuillus : frênes, châtaigniers, érables, merisiers, tilleuls, ormes, saules, aulnes, etc.

Voir l’article complet :  https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/aisne/laon/onf-utilise-t-elle-illegalement-du-glyphosate-foret-domaniale-saint-gobain-aisne-1541658.html

Publicités

La LPO est signataire du manifeste contre les excès et provocations de la chasse

Publié le

La LPO est signataire du manifeste contre les excès et provocations de la chasse

L’appel de 76 fondations et associations contre les excès et provocations de la chasse.

Crédit photo : Fabrice Cahez

Crédit photo : Fabrice Cahez

En cette rentrée, il n’est pas une journée sans nouvelle provocation de la part des dirigeants des instances cynégétiques et des élus qui les soutiennent : grande campagne visant à faire croire que les chasseurs sont les premiers écologistes de France ; annonce de la réouverture des chasses présidentielles ; cadeaux fiscaux aux plus riches d’entre eux avec la baisse du prix du permis national ; subventions scandaleuses de la part de certaines collectivités ; déclarations méprisantes de la part de responsables cynégétiques ; braconnage assumé publiquement dans la presse ; combats permanents contre la protection des espaces naturels et des espèces comme les prédateurs dont les mustélidés ; prosélytisme dans les écoles…

Le tout sous la bienveillance manifeste de quelques élus en quête de voix, et ce jusqu’au plus haut sommet de l’État. Les sondages sont constants, les Françaises et les Français ne se reconnaissent pas dans ces excès de violence car ils en connaissent la réalité et les conséquences :

  • 100 à 200 accidents de chasse par an, avec 10 à 20 morts chaque année dont des promeneurs et des randonneurs ;
  • Des pratiques barbares infligeant des souffrances inacceptables aux animaux : déterrage des blaireaux, utilisation de la glu, écrasement et étranglement des passereaux, conditions déplorables de détention des appelants, chasse à courre, etc. ;
  • De trop nombreux responsables cynégétiques pris la main dans le sac pour braconnage ;
  • 15 millions d’animaux d’élevage lâchés dans la nature afin d’être tirés comme au ball-trap ;
  • Des espèces en mauvais état de conservation pourtant chassées, dont 20 espèces d’oiseaux inscrites sur les listes rouges de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) ;
  • 6 000 tonnes de plomb déversées dans la nature chaque année avec des conséquences catastrophiques sur la santé et l’environnement (sans parler des dizaines de milliers de cartouches abandonnées) ;
  • Des secteurs entiers interdits à la promenade comme si la nature n’appartenait qu’aux porteurs de fusils.

Ça suffit ! Fortes de la confiance et de l’attente des Françaises et des Français, nos organisations exigent sans attendre :

  • De remettre le permis de chasse national à son prix initial ;
  • La fin des pratiques cruelles et moralement inacceptables, en particulier : la chasse à courre, la vénerie sous terre des renards et blaireaux, les piégeages dits « traditionnels » et la persécution des animaux considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts » (anciennement appelés « nuisibles ») ;
  • L’obtention du dimanche sans chasse pour un meilleur partage de l’espace public ;
  • L’arrêt de l’élevage et des lâchers d’animaux à seule fin cynégétique ;
  • Le retrait des espèces en mauvais état de conservation des listes chassables ;
  • Le remplacement du plomb par l’acier dans les munitions ;
  • La multiplication des contrôles et le renforcement des sanctions à l’encontre des contrevenants ;
  • L’abandon du projet de réouverture des chasses présidentielles ;
  • L’interdiction du prosélytisme de la chasse et des armes dans nos écoles.

 

La LPO signataire du manifeste de Tronçais pour la sauvegarde des forêts publiques françaises

Publié le

La LPO signataire du manifeste de Tronçais pour la sauvegarde des forêts publiques françaises

Les forêts publiques font partie de notre patrimoine naturel et constituent un réservoir de la diversité biologique animale et végétale.

La LPO et l’ONF travaillent ensemble à la sauvegarde de la Cigogne noire (Ciconia nigra), espèce de nos forêts – Crédit photo : Fabrice Cahez

La LPO et l’ONF travaillent ensemble à la sauvegarde de la Cigogne noire (Ciconia nigra), espèce de nos forêts – Crédit photo : Fabrice Cahez

Formées de surfaces boisées qui ont souvent traversé les siècles, les forêts publiques concentrent les écosystèmes parmi les plus matures du territoire national et abritent des espèces fragiles comme la Cigogne noire.

Véritables puits de carbone et productrices d’oxygène, elles permettent également de ralentir le réchauffement climatique. En France, ce sont près de 70 millions de tonnes de CO2 qui sont ainsi captées chaque année !

La démarche de privatisation de l’Office National des Forêts (ONF), l’établissement public français chargé de la gestion des forêts publiques, et l’industrialisation croissante qui l’accompagne doivent être reconsidérées au regard des multiples enjeux des forêts pour la société d’aujourd’hui (climat, biodiversité, emploi et économie).

La LPO, mobilisée pour la protection de la biodiversité, demande solennellement la convocation d’un grand débat public sur la politique forestière. La notion de bien commun impose que la société civile dispose d’un droit de regard sur la gestion des forêts publiques qu’elle reçoit en héritage et doit transmettre à ses enfants.

Téléchargez le manifeste rédigé par 12 ONG et l’intersyndicale de l’ONF

Près de 80 % des espèces d’oiseaux migrateurs menacées d’ici à 2050 par le changement climatique

Publié le

Près de 80 % des espèces d’oiseaux migrateurs menacées d’ici à 2050 par le changement climatique

Les changements environnementaux pourraient modifier leurs aires de nidification et d’hivernage ainsi que leurs distances de vol.

L’avenir s’annonce compliqué pour les oiseaux migrateurs. L’altération à l’échelle planétaire des conditions climatiques, de l’utilisation des terres et de la couverture des sols constitue une menace pour la majorité de ces populations, selon des estimations pour 2050 publiées, lundi 22 octobre, dans la revue Nature Climate Change. Or, à l’heure actuelle, très peu de ces espèces sont classées comme menacées par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et font l’objet d’une protection, s’inquiète l’équipe de recherche internationale qui a mené ces travaux.

Afin d’appréhender au mieux l’impact du changement climatique sur les populations de migrateurs, encore mal connu, les chercheurs ont pris le parti de considérer l’ensemble de leur cycle de vie annuel. « La plupart des études s’étaient focalisées sur les aires de nidification, mais on s’aperçoit maintenant qu’il y a de plus en plus d’espèces qui ne reviennent pas ou qui subissent une très forte mortalité dans les zones d’hivernage », souligne Wilfried Thuiller, chercheur au laboratoire d’écologie alpine de Grenoble (université Grenoble-Alpes, CNRS) et coauteur de l’étude.

Les scientifiques ont concentré leur attention sur les espèces nichant au nord du tropique du Cancer et parcourant de longues distances pour hiverner (1 100 à 13 500 km). Grues, hirondelles, foulques, rossignols, faucons, oies… un total de 825 espèces répondaient à ces critères, et 715 d’entre elles étaient suffisamment documentées pour être incluses dans l’analyse.

Rallongement du parcours migratoire

la suite :  https://www.lemonde.fr/climat/article/2018/10/22/la-majorite-des-especes-d-oiseaux-migrateurs-menacees-par-le-changement-climatique_5372967_1652612.html

« Des terres et des ailes » : Réinstaurons la biodiversité dans nos campagnes

Publié le Mis à jour le

« Des terres et des ailes » : Réinstaurons la biodiversité dans nos campagnes

Des Terres et des Ailes est un programme qui lutte contre la disparition des oiseaux communs de nos campagnes.

alouette des champs 650 350

Alouette des champs (Alauda arvensis) – Crédit photo : Christian Aussaguel

La LPO vous accompagne

Une étude récente issue du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS montre que les populations d’oiseaux dans les campagnes ont diminué d’un tiers en 15 ans. Un bilan édifiant, qui nous force à agir.
Avec le soutien de l’APCA, la LPO lance le programme « Des terres et des ailes ». L’objectif ? Réinstaurer la nature de nos campagnes et réduire la disparition des oiseaux. Agriculteurs, paysans, associations locales, chambres d’agriculture, ensemble agissons !

Comment participer ?

  • Rendez-vous sur le site internet desterresetdesailes.fr, prenez connaissance du projet, des actions possibles, consultez la carte des réalisations par commune et créez votre compte.
  • Mettez en œuvre les actions retenues.
  • Complétez les infos de votre compte (réalisations, observations, ..).
  • Affichez votre participation au programme sur votre exploitation via un panneau (facultatif).

Rejoignez ce projet collectif et parlez-en autour de vous. Chaque geste compte, petit ou grand !

Plus de détails:  https://www.lpo.fr/actualites/des-terres-et-des-ailes-reinstaurons-la-biodiversite-dans-nos-campagnes

L’appel des coquelicots à Nevers

Publié le

L’appel des coquelicots à Nevers

Pesticides : l’alerte sur nos cours d’eau (pétition)

Publié le

Pesticides : l’alerte sur nos cours d’eau

En France, il est interdit d’épandre des pesticides dans certaines zones, dites « de non traitement », en bordure de cours d’eau. Malheureusement, un arrêté ministériel passé en mai 2017 introduit un flou dans la définition de ces zones. Résultat, certains départements en ont profité pour exclure près de la moitié des aires qui étaient jusqu’alors protégées. Avec France Nature Environnement, demandez aux ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique et solidaire de garder nos cours d’eau #LoinDesPesticides :

signez la pétition sur ce lien:

https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition%C2%A0-encore-plus-de-pesticides-dans-nos-cours-deau%C2%A0-cest-non%C2%A0-0

 

L’« Appel des coquelicots » pour arrêter l’utilisation des pesticides

Publié le Mis à jour le

L’« Appel des coquelicots » pour arrêter l’utilisation des pesticides

La LPO soutient « L’appel des coquelicots » lancé par le journaliste spécialiste de l’environnement Fabrice Nicolino dans le numéro spécial de Charlie hebdo du 12 septembre 2018.

coquelicot

Signé par 100 citoyens et activistes, cet appel prône l’arrêt de l’utilisation des pesticides dans l’agriculture, qui « détruisent tout ce qui est vivant », et sont une « tragédie pour la santé ». Pour preuve, les journalistes de l’hebdomadaire ont fait analyser leurs cheveux. « Sur les 140 pesticides et métabolites de pesticides recherchés, 80 ont été retrouvés au moins une fois. Le nombre moyen de pesticides par échantillon dépassait 40 ». Signer l’appel

Cet « Appel des coquelicots » engage à l’action de toutes celles et ceux qui veulent interdire l’utilisation de pesticides. Pour cela, les défenseurs du projet sont appelés à porter un coquelicot en tissu à leur boutonnière, afin de créer un mouvement collectif et pacifiste. Pendant les deux ans de l’Appel, chaque premier vendredi du mois, les porteurs de coquelicots se retrouveront sur les places des villes et des villages, pour « se voir, se congratuler, s’embrasser et lancer ensemble de nouvelles actions ». Cinq millions de soutiens sont espérés lors des deux ans que vont durer cet Appel.

Prochainement, la LPO lancera le programme national « Des terres & des ailes », qui aura pour objectif de faire revenir sur nos territoires des oiseaux, insectes et mammifères des campagnes. Pour cela, chaque agriculteur ou citoyen pourra créer un aménagement afin de faciliter l’installation et la vie d’individus, à son échelle et à sa convenance. La LPO souhaite ainsi créer un élan collectif du monde agricole en faveur de la biodiversité.

La LPO Pays de la la Loire mène déjà des actions en faveur de la biodiversité, notamment par le projet « Paysans de nature », avec comme priorité la préservation de la nature sauvage. Chaque paysan engagé respecte une charte, qui interdit l’utilisation de produits chimiques de synthèse, d’OGM ou d’organismes mutagènes. Il doit aussi mettre en place des pratiques de culture et d’élevage favorisant la préservation de la biodiversité sur ses terres.

Les munitions au plomb menacent l’environnement et la santé

Publié le

Les munitions au plomb menacent l’environnement et la santé

 

L’Agence européenne des produits chimiques estime que 30 000 à 40 000 tonnes de plomb sont dispersées dans les écosystèmes par la chasse et le tir sportif

suite :

https://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/09/13/les-munitions-au-plomb-menacent-l-environnement-et-la-sante_5354269_1652666.html

http://www.leparisien.fr/societe/chasse-les-munitions-au-plomb-une-menace-reelle-pour-la-sante-publique-13-09-2018-7886661.php

 

Enquête explosive sur les pesticides (vidéo)

Publié le

Enquête explosive sur les pesticides

L’écologie est au coeur du débat public la démission de Nicolas Hulot. Un livre-manifeste paraît ces jours-ci : « Nous voulons des coquelicots ». Une enquête choc sur l’empoisonnement généralisé aux pesticides. Une industrie devenue folle, lobbying, mensonges, désinformation…Fabrice Nicolino, journaliste spécialiste de l’écologie. Il publie « Nous voulons les coquelicots » aux éditions Les liens.

Marche pour le climat en Bourgogne

Publié le Mis à jour le

Marche pour le climat : vous étiez nombreux à vous mobiliser samedi 8 septembre

© France 3 Bourgogne

A Dijon, comme à Nevers, de nombreuses personnes ont rejoint les lieux de rassemblement pour participer à cette marche initiée par un citoyen lambda qui a voulu répondre à l’appel lancé par Nicolas Hulot lors de sa démission.

Notre Terre va mal. Le réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre, l’épuisement et l’empoisonnement des sols, la disparition de nombreuses espèces, la biodiversité menacée… La planète, notre maison, souffre et les signaux d’alarme sont au rouge.

Déjà beaucoup d’initiatives ont été prises pour tenter d’inverser le cours des choses, mais il y a tant et tant à faire encore! Le changement est pour beaucoup lié à nos activités économiques, industrielles, à nos habitudes de vie…  Certains en ont plus conscience que d’autres : il faut agir tout de suite.

C’est en ce sens qu’un appel national a été lancé. Pour rassembler les citoyens partout en France et mobiliser pour la préservation de la planète. Ils étaient des milliers ce samedi à Paris.

En Bourgogne, dans la Nièvre, plusieurs centaines de personnes se sont  rassemblées devant la préfecture de Nevers. A Dijon, le cortège de plus de 500 personnes a traversé le centre ville. Des parents sont venus aussi avec leur enfants.

La suite:  https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/marche-climat-vous-etiez-nombreux-vous-mobiliser-samedi-9-septembre-1537686.html

Mobilisons-nous en faveur du climat : prêt(e)s pour le sursaut écologique ?

Publié le Mis à jour le

Mobilisons-nous en faveur du climat : prêt(e)s pour le sursaut écologique ?

 

La LPO vous invite à prendre part au mouvement le 8 septembre partout en France !

Mardi dernier Nicolas Hulot annonçait qu’il quittait le gouvernement et concluait : « Mon acte n’est pas un acte de résignation mais de mobilisation, et j’espère qu’il va entraîner un sursaut ».

Nous sommes prêt(e)s pour la transition écologique et solidaire. Faisons en sorte que notre mouvement soit impossible à ignorer, aussi bien par l’opinion publique que par les élu(e)s et les institutions.

Prêt(e)s pour le sursaut écologique ? Rendez-vous le 8 septembre.

Plus d’infos:     https://www.lpo.fr/actualites/mobilisons-nous-en-faveur-du-climat-pret-e-s-pour-le-sursaut-ecologique-dp1

 

dix ONG demandent à Emmanuel Macron de « changer de cap »

Publié le

« Gouverner, c’est choisir » : dix ONG demandent à Emmanuel Macron de « changer de cap » après la démission de Hulot

« Sa volonté de ménager la chèvre écologique et le chou productiviste n’a pas contribué à créer la condition d’une politique écologique cohérente ».

la suite:   https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/08/30/gouverner-c-est-choisir-dix-ong-interpellent-macron-apres-la-demission-de-hulot_5347928_3244.html#xtor=AL-32280270

L’homogénéisation des forêts diminue la diversité de leurs services écosystémiques

Publié le

L’homogénéisation des forêts diminue la diversité de leurs services écosystémiques

 

L’homogénéisation des écosystèmes forestiers et le déclin de la diversité des arbres réduisent la capacité des forêts à fournir

des services écosystémiques essentiels tels que la production de bois ou le stockage de carbone. Un collectif de chercheurs européens

impliquant l’Inra et le CNRS…

http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/cp_homogeneisation_forets.pdf

La perte de biodiversité diminue la productivité des forêts

Publié le

La perte de biodiversité diminue la productivité des forêts

 

Publiés dans la revue Science , les travaux d’une équipe internationale regroupant des chercheurs de 90 institutions, dont le Cirad, démontrent que la perte de diversité des forêts de la planète diminue leur productivité.

suite:  https://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/communiques-de-presse/2016/la-perte-de-biodiversite-diminue-la-productivite-des-forets

Appel à dons pour un site à Chauve-souris dans l’Yonne

Publié le Mis à jour le

LANCEMENT d’une campagne de financement participatif pour la mise-en-tranquillité d’une cavité :

Le Conservatoire d’Espaces Naturels de Bourgogne lance un appel à financement participatif pour la protection d’une cavité à chauve-souris dans le nord Yonne (89).

Cette cavité hébergeant pas moins de douze espèces de chauves-souris dont les effectifs totaux montent jusqu’à 320 individus toutes espèces comprises. Il s’agit d’un site d’enjeu régional sur lequel le Conservatoire d’Espaces Naturels de Bourgogne et la Société d’histoire naturelle d’Autun souhaite intervenir en partenariat avec la commune.

Détails de l’opération ici:  Protection Chauve-souris

Merci à vous pour votre relais !