confinement

Tout le monde n’est pas confiné…

Publié le

📍 Ces derniers temps, vous aurez peut-être remarqué que tout le monde n’est pas confiné…
Certains chasseurs, par la voie d’un lobbying national intense, ont obtenu du Ministère de l’Ecologie, la mise en place d’arrêtés dérogatoires à la chasse de certaines espèces durant ces temps de COVID.

📍 De façon règlementaire, la CDCFS de la Nièvre a été consultée sur le projet d’arrêté. En tant que membre, et en référence au projet original proposé, nous ne nous sommes pas opposés au fait de chasser uniquement le sanglier, 3 jours par semaine, dans le but de faire baisser des populations largement surnuméraires par endroits. On peut y opposer le fait que si la situation est ce qu’elle est, c’est bien du fait d’une gestion calamiteuse des populations. Cela n’enlève pas pour le moment le fait que le sanglier est l’espèce la plus préjudiciable aux cultures.

📍 C’était sans compter avec le reste des membres de la commission (où nous sommes largement minoritaires) qui se sont empressés de demander et ont bien sûr obtenu de la Préfecture, l’élargissement de ce projet d’arrêté aux cervidés (hors chasse à courre).

📍 Lors de la consultation nous demandions que l’arrêté soit obligatoirement affiché lors des actions de chasse. Nous avons aussi conseillé que ces actions de chasse soient le plus médiatisées possible (journaux locaux, Mairies… ) afin que les promeneurs déjà limités par un temps court de liberté ne soient pas mis devant le fait accompli.

📍 Nous sommes aujourd’hui de nouveau consultés pour adjoindre à cet arrêté les espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD, anciennement «nuisibles» : renards, fouines, martres, étourneaux, pies, etc…). Nous avons voté négativement, bien sûr sans espoir d’être suivis. La LPO France et l’ASPAS attaquent conjointement un certain nombre de ces arrêtés.

📍 Il eut été intéressant de laisser les ESOD tranquilles et de voir s’il y avait effectivement une augmentation parallèle des dégâts déclarés. Il serait également instructif de jauger d’une potentielle augmentation des «espèces gibier», sans les lâchers massifs habituels. Sachant qu’elles ne seront pas tirées durant cette saison de chasse, à moins d’un déluge de feu en cas de déconfinement.

Christophe Barge, représentant LPO58 à la commission chasse.

©️ 📸 Photo de Daniel Dupuy